Fdesouche

30/09/2022

La lycéenne a témoigné à la barre de la cour d’assises du Val-d’Oise, ce jeudi, en décrivant, avec courage et détermination, l’enlèvement et le viol dont elle a été victime il y a deux ans. Des faits contestés par l’accusé. L’adolescente a confié son traumatisme.

L’adolescente n’a pas hésité au moment de s’avancer vers la barre de la cour d’assises du Val-d’Oise. C., 17 ans aujourd’hui, a également refusé que l’audience se tienne à huis clos, « une question de courage et de volonté », dit-elle. Ce jeudi après-midi, elle s’est expliquée face à l’accusé, jugé depuis mercredi pour l’avoir enlevée dans la rue, à Deuil-la-Barre, et l’avoir violée à l’arrière de son fourgon, à Groslay, le 22 septembre 2020. La veille, un enquêteur avait qualifié le livreur de 27 ans de « prédateur sexuel ».

[…]

Elle raconte alors l’homme qui la saisit par le poignet gauche, la « jette » dans la camionnette. « Je ne voyais rien, il faisait tout noir. » Le véhicule s’arrête : « Il est entré. Il est monté sur moi… » Elle décrit un rapport imposé par la force, ses jambes bloquées par ses genoux. « J’ai essayé de me débattre. J’ai dit plusieurs fois que j’étais vierge. Que je ne voulais pas. Il ne m’écoutait pas. Il regardait dans le vide. »

[…]

Verdict ce vendredi.

Le Parisien


28/09/2022

Ce livreur de 27 ans, jugé depuis mercredi devant les assises du Val-d’Oise, est accusé d’avoir enlevé une collégienne de 15 ans et de l’avoir violée dans sa camionnette le 22 septembre 2020. L’accusé a d’abord démenti, puis assuré que le rapport était consenti.

Il est « un prédateur sexuel » pour le policier directeur d’enquête, il s’en défend et conteste toutes les accusations portées contre lui : un homme de 27 ans, livreur pour un sous-traitant de Chronopost, est jugé depuis mercredi 28 septembre par la cour d’assises du Val-d’Oise pour avoir enlevé, dans la rue, une collégienne de 15 ans qui rentrait déjeuner à la maison, l’avoir forcée à monter dans sa camionnette avant de la violer dans une impasse peu fréquentée.

Les faits dont on accuse Lamine S., 27 ans, originaire de Cormeilles-en-Parisis (Val-d’Oise), se sont produits le 22 septembre 2020. La victime regagnait ce jour-là à pied son domicile par le chemin habituel. Elle passe devant la gare de Deuil-Montmagny, emprunte la rue de la Station. C’est à la hauteur du n° 2 rue Pierre-Curie qu’un homme l’interpelle, lui disant qu’elle est « mignonne ». La jeune fille répond gentiment, tout en poursuivant sa route. Après quelques pas, son agresseur lui attrape le bras et la fait monter de force à l’arrière de sa fourgonnette blanche. Elle se retrouve dans le noir complet, le véhicule démarrant pour un court trajet. L’enquête démontrera ensuite que l’homme s’est garé au bout d’une impasse, chemin des Hérondeaux, à Groslay (Val-d’Oise) où il rejoint l’adolescente à l’arrière et lui impose par la force une pénétration. Elle parviendra à refuser quelques minutes plus tard une fellation dans la cabine et descendre de voiture à un stop pour s’enfuir.

[…]

Le Parisien


Fdesouche sur les réseaux sociaux