Fdesouche

AfriFroum (NDR : une association défendant les droits des Afrikaners) a perdu son procès pour discours de haine contre les combattants de la liberté économique (EFF) pour l’utilisation par le parti de “Shoot the boer”.

L’affaire s’est concentrée sur environ six cas entre 2016 et 2019 dans lesquels la chanson de lutte Dubul’ ibhunu , qui se traduit par “Tirez sur le boer”, a été utilisée par des membres du parti, ainsi que par le chef de l’EFF Julius Malema lui-même, lors de rassemblements.

L’affaire a été jugée par la Haute Cour de Johannesburg en juin. Le juge Edwin Molahlehi a rendu sa décision jeudi.

Réagissant au jugement, Leanne Mathys de l’EFF a déclaré: “Le tribunal a statué que la chanson doit en fait être protégée sous la rubrique de la liberté d’expression et les débats autour de cette chanson doivent être laissés à la contestation politique au sein de notre société. Le cas de ces racistes, qui cherchaient en fait à effacer l’élément culturel de notre lutte de libération en Afrique du Sud, est tombé à plat. Le jugement historique doit être accueilli par toutes les forces progressistes comme une victoire contre les racistes.”

Eyewitness News

« Le tribunal a réaffirmé l’argument du commandant en chef [CIC], Julius Malema, selon lequel les chants de libération ne doivent pas être interprétés littéralement, mais reconnus comme une critique d’un système d’oppression.

AfriForum a déclaré qu’il ferait appel du verdict.

Roets a ajouté : « Cette décision crée un précédent très dangereux. Le message troublant envoyé avec ce jugement est qu’encourager le meurtre horrible d’un certain groupe sur la base de son identité est acceptable et n’a aucune conséquence ».

« AfriForum travaille constamment avec les victimes d’attaques de fermes, ainsi qu’avec les familles des personnes tuées dans ces crimes horribles.

« Nous comprenons la douleur et le traumatisme avec lesquels ces victimes et survivants doivent vivre. Nous sommes donc profondément déçus du verdict d’aujourd’hui. Il n’y a pas de place dans la société pour les chansons qui encouragent le meurtre de personnes en fonction de leur identité.

« La décision d’aujourd’hui a prouvé comment l’ordre politique en Afrique du Sud se radicalise, en particulier contre les minorités.

« Un ordre politique où l’incitation et la romantisation de la violence contre les minorités sont sanctionnées par le pouvoir judiciaire n’est pas un ordre libre et démocratique, mais un ordre oppressif.

« Cette affaire confirme une fois de plus qu’AfriForum doit maintenant concentrer son attention sur le renforcement et l’intensification de nos structures de sûreté et de notre formation en matière de sécurité », a déclaré Roets.

News24

Extrait de la fiche wiki de l’EFF


Fdesouche sur les réseaux sociaux