Fdesouche

Une CRS arrive dans le quartier du Banlay, à Nevers, après une nuit de violences et de dégradations

Des hommes encagoulés ont brûlé des poubelles, cassé des vitrines, tiré des feux d’artifice, pris les policiers à partie dans la nuit du lundi 22 au mardi 23 août, dans le quartier du Banlay, à Nevers. Aucun n’a été interpellé.

« Nous avons vécu une nuit de cauchemar ! » Comme la plupart des habitants du Banlay, à Nevers, cette octogénaire, croisée mardi 23 août au matin, a peiné à trouver le sommeil. Des feux d’artifice puis une série de violences et de dégradations, commises par une trentaine d’hommes encagoulés, tout de noir vêtus et armés de barres de fer, a tenu le quartier en éveil entre 22 h 30 et 2 h. Les policiers ont été pris à partie: leurs véhicules ont été la cible de tirs de mortiers. Puis la bande s’est évaporée dans la nature. A bord de ces belles voitures en stationnement, « pas des 2 cv Citroën », au volant desquelles se trouvait un conducteur, prêt à démarrer, comme l’a remarqué l’octogénaire ?

Sans doute en signe de protestation après l’arrestation et la condamnation d’un apprenti de 18 ans, auteur d’un rodéo en voiture dans le quartier, samedi 20 août, ils ont massacré deux abribus, un panneau publicitaire, des vitrines de la mairie de proximité et de l’auto-école La Lycéenne, rue Ernest-Renan. Dans cette même rue, ils ont tenté de forcer l’un des rideaux métalliques du tabac-presse-librairie.

Le parquet déplore l’absence d’arrestations

(…) Le JDC

(Merci à Vercingetorix43)


Fdesouche sur les réseaux sociaux