Fdesouche

L’application de rencontres musulmanes «Muzz» a proposé de payer les amendes pour port du burkini. L’idée est d’obtenir par la provocation ou en créant les conditions de la violence, ce que l’État de droit interdit, argue l’essayiste Céline Pina.

L’interdiction du burqini ou burqa de bain dans les piscines a été vécue comme un échec pour les islamistes tendance Frères musulmans, dont les associations-relais ont tenté d’imposer ce vêtement destiné à marquer le séparatisme civilisationnel jusque dans les lieux de loisirs. Comme chez les islamistes, le respect de la loi ne compte pas, quand le combat est perdu sur le terrain de la légalité, il redescend dans la rue et les appels à ne pas respecter les règles continuent. L’idée est d’obtenir par la provocation, la tension ou en créant les conditions de la violence, ce que l’État de droit interdit. D’où la proposition de Muzz, site de rencontre communautaire basé en Angleterre de prendre en charge les amendes de celles qui refuseraient de se plier à la loi française: «Sœurs musulmanes, il fait chaud dehors, allez nager tranquillement. Ne vous inquiétez pas, Muzz vous remboursera si vous êtes verbalisées pour port de burkini».

Cette opération marketing a fait beaucoup de bruit sur les réseaux. Le hashtag #freetheburkini est vite devenu tendance. La recherche du buzz a donc bien fonctionné et rempli son office de rappel à l’ordre identitaire et de complainte victimaire. En effet, pour justifier son positionnement, le site reprend la rhétorique islamiste, expliquant que les musulmanes sont condamnées «à un choix injuste – échapper à la canicule en nageant en bikini ou payer une amende pour avoir choisi une tenue modeste». Être contrainte à se vêtir comme une «pute» immodeste faute de pouvoir porter une tenue pudique, voilà comment les islamistes présentent l’interdiction du voile intégral version balnéaire

Toutes celles qui portent le voile n’en sont pas conscientes mais elles participent, même à leur corps défendant, au refus de l’égalité.


[…]

Le Figaro


En Lien :


Fdesouche sur les réseaux sociaux