Fdesouche

L’artiste africaine-américaine devait participer au festival d’opéra de Vérone, en jouant l’un des rôles principaux dans “La Traviata”. Elle a finalement renoncé, en accusant la Fondation des Arènes d’avoir autorisé un “blackface” dans un récent spectacle.

Le communiqué publié sur Instagram, et relayé par La Repubblica, ne semble laisser place à aucun retour en arrière : “Chers amis, famille, et amateurs d’opéra. Je suis arrivée à la douloureuse conclusion que cet été, je ne chanterai pas “la Traviata” dans les Arènes de Vérone, comme initialement prévu, écrit Angel Blue. Dans une récente production d’“Aida”, les Arènes ont autorisé l’utilisation d’un blackface [un artiste blanc qui se maquille pour sembler noir]. La cantatrice africaine-américaine ajoute :

“Je voudrais être parfaitement claire à ce sujet : l’utilisation d’un blackface se fonde sur des traditions théâtrales archaïques qui n’ont pas de place dans la société moderne. C’est offensant, humiliant et raciste. J’étais impatiente de chanter l’une de mes œuvres préférées aux Arènes, mais je ne peux pas m’associer à une institution qui continue cette pratique.”

“Des racines différentes”

Évidemment, de l’autre côté des Alpes, cette décision a fait réagir, et en premier lieu la Fondation des Arènes elle-même, qui a tenu à fournir son point de vue sur cette question.

“Tous les pays ont des racines différentes et des structures culturelles et sociales qui se sont développées à travers des parcours distincts. C’est pourquoi, sur un même argument, les approches peuvent être très différentes selon les pays, et souvent, on ne parvient à une idée partagée qu’après des années de dialogue et de compréhension réciproque.” La fondation transalpine écrit encore :

“Nous n’avons aucun motif de blesser qui que ce soit. Pour nous, toutes les personnes sont égales. Nous croyons dans le dialogue et dans l’effort de comprendre le point de vue d’autrui, dans le respect des engagements artistiques qui ont été pris.”

Une justification qui se conclut par une invitation à Angel Blue à changer d’idée et à se rendre malgré tout en Italie. “Ce sera l’occasion de dialoguer d’une façon constructive et concrète, en partant justement de tes réflexions”, écrit-on depuis Vérone. Pas certain que cette perspective de débat fasse changer d’avis l’artiste américaine.

Courrier international


Fdesouche sur les réseaux sociaux