Fdesouche

14/07/2022

Article du Figaro sur le scandale de Telford (UK) : « Le politiquement correct a détruit la vie d’un millier d’enfants »

Cliquez pour agrandir

Plus d’un millier de jeunes filles ont été victimes d’agressions sexuelles et de viols dans la ville britannique de Telford, au nord de Birmingham, depuis les années 1980, car les autorités n’ont pas enquêté sur les preuves manifestes de crimes sexuels. C’est ce que révèle une enquête rapportée par les médias britanniques ce mercredi.

(…) Les agences compétentes ont blâmé les enfants eux-mêmes pour les abus et les pratiques n’ont pas fait l’objet d’une enquête parce que les gens étaient « nerveux à cause de la race » des auteurs. En effet, enquêter sur des allégations concernant des hommes asiatiques provoquerait des « tensions raciales », écrit la BBC.

L’enquête a également révélé que les enseignants et les travailleurs sociaux étaient découragés de signaler les abus et que les agences impliquées rejetaient les rapports d’exploitation d’enfants comme de la prostitution enfantine. Les agresseurs ont été « encouragés » par l’inaction de la police, qui a laissé les abus se poursuivre pendant des années sans réagir.

(…) L’enquête remonte à 1989, mais M. Crowther a déclaré qu’il avait également entendu des récits de victimes dans les années 1970.

(…) Le Soir


13/07/2022

  • Plus de 1 000 enfants ont été violés et exploités sexuellement en 30 ans à Telford
  • La police et les responsables du conseil municipal de Telford ont “ignoré” les abus par crainte qu’une enquête sur des hommes asiatiques “enflamme les tensions raciales”, a conclu l’enquête
  • La police de West Mercia a présenté ses excuses aux enfants qui ont été exploités sexuellement

Grande-Bretagne – Une commission d’enquête a conclu que plus de 1 000 enfants ont été violés et exploités sexuellement pendant 30 ans à Telford, où la police et le conseil municipal ont “ignoré” les abus par crainte qu’une enquête sur les hommes “asiatiques” (pakistanais) n’exacerbe les tensions raciales.

Note du traducteur : En Grande-Bretagne, le terme "asiatique" se réfère principalement à la population pakistanaise

L’enquête a révélé que les enfants subissaient un lavage de cerveau de la part d’hommes qui leur achetaient de l’alcool et des cigarettes. Ils abusaient sexuellement des jeunes filles dans une “maison du viol” à Wellington.

Une enquête publique a été lancée par le Conseil municipal de Telford et Wrekin après qu’une enquête du Sunday Mirror en 2018 a conclu qu’environ 1 000 enfants auraient pu être exploités sexuellement dans la ville du Shropshire sur une période de 30 ans.

Le rapport, publié aujourd’hui, formule 47 recommandations d’amélioration parmi les agences impliquées, après que son président Tom Crowther QC a conclu que les abus ont été ignorés pendant des décennies.

La police de West Mercia a présenté ses excuses aux enfants qui ont été exploités sexuellement à Telford au cours des 30 dernières années, déclarant que leurs actions “étaient loin d’être à la hauteur de l’aide et de la protection que vous auriez dû recevoir de notre part”.

Le Conseil municipal de Telford et Wrekin a également présenté ses excuses. S’exprimant au nom de la police, le chef de police adjoint Richard Cooper a déclaré : “Je voudrais dire que je suis désolé. Désolé pour les survivants et tous ceux qui sont touchés par l’exploitation sexuelle des enfants à Telford.

Des filles très jeunes et vulnérables étaient ciblées par des hommes qu’elles rencontraient dans la rue ou qui pouvaient être des chauffeurs de taxi ou des livreurs de nourriture, et persuadées de devenir leur “petite amie”.

(…) M. Crowther a déclaré que l’une des preuves les plus choquantes qu’il ait lues concernait “ce qui a été décrit comme une “maison du viol” à Wellington, dont il est apparu qu’elle fonctionnait depuis des années”.

Le rapport met en lumière des témoignages suggérant que les hommes asiatiques n’étaient pas ciblés dans le cadre des enquêtes parce que cela aurait été “trop politiquement incorrect”, l’un d’entre eux affirmant que la police avait “laissait tomber l’affaire comme une patate chaude” si de telles plaintes étaient déposées.

Un témoin a affirmé que la police avait “peur de poser des questions ou d’enquêter” en raison de l’origine ethnique des personnes impliquées, craignant d’être qualifiée de raciste.

D’“innombrables” enfants ont été exploités sexuellement sur une période d’au moins 30 ans parce que la police craignait “d’attiser les tensions raciales”.

Selon l’enquête, des filles ou leurs familles ont été menacées de mort “dans plusieurs cas”, si elles tentaient de mettre un terme aux abus.

Le rapport indique : “Dans certains cas, les menaces ont été renforcées par des références au meurtre de Lucy Lowe, qui est morte avec sa mère, sa sœur et son enfant à naître dans un incendie criminel en août 2000”.

Les agresseurs rappelaient aux filles ce qui était arrivé à Lucy Lowe et leur disaient qu’elles seraient les prochaines si elles parlaient. Tous les agresseurs en parlaient.

En 2001, le chauffeur de taxi Azhar Ali Mehmood, alors âgé de 26 ans, a été condamné à quatre peines de prison à vie pour les meurtres de Lucy Lowe, 16 ans, sa soeur Sarah Lowe, 17 ans, et sa mère Eileen Linda Lowe, 49 ans.

Sarah Lowe (gauche) et Lucy Lowe (droite) lorsqu’elles étaient enfants.

L’enquête, publiée aujourd’hui, indique que des souffrances inutiles, voire des décès d’enfants, auraient pu être évités si la police de West Mercia (WMP) avait “fait son travail le plus élémentaire” en donnant suite aux signalements de tels crimes.

Le commissaire de police de West Mercia, John Campion, a déclaré qu’il ne pouvait pas affirmer avec une “certitude absolue” que les abus sexuels sur des enfants à Telford ne se reproduiraient plus jamais.

Le patron de la commission d’enquête, Tom Crowther, qui a émis 47 recommandations d’amélioration, a déclaré que les preuves révélaient “la souffrance épouvantable de générations d’enfants causée par la cruauté absolue de ceux qui ont commis l’exploitation sexuelle des enfants”.

“Les victimes et les survivants ont raconté à plusieurs reprises à l’enquête comment, lorsqu’ils étaient enfants, des hommes adultes s’efforçaient de gagner leur confiance avant de la trahir impitoyablement, les traitant comme des objets sexuels ou des marchandises.”

“D’innombrables enfants ont été agressés sexuellement et violés. Ils ont été délibérément humiliés et dégradés.”

“Ils ont été partagés et trafiqués. Ils ont été soumis à des violences et leurs familles ont été menacées. Ils ont vécu dans la peur et leur vie a été changée à jamais”.

Le président de la commission d’enquête a également critiqué “l’échec flagrant d’une génération de politiciens de Telford” à ne pas avoir considéré l’exploitation sexuelle de ses centaines d’enfants comme un problème à résoudre.

Scandale sexuel de Telford : chronologie des abus

Les filles des années 1980  à Telford sont ciblées par des groupes d’hommes principalement asiatiques

1996 Un résident se rend à la police avec des informations sur un agresseur clé vendant des filles mineures à des fins sexuelles

Fin des années 1990  Les travailleurs sociaux découvrent le problème mais ne font pas grand-chose pour aider

2000 Lucy Lowe, 16 ans, est tuée aux côtés de sa mère et de sa sœur dans un incendie criminel par l’agresseur Azhar Ali Mehmood

2002 La victime d’abus Becky Watson, 13 ans, est tuée dans un accident de la route décrit comme un “canular”

2009 Vicky Round, l’amie de Becky, meurt d’une overdose après avoir enduré neuf ans d’enfer sexuel aux mains de pédophiles

2010-2012  L’enquête policière Operation Chalice identifie 200 agresseurs potentiels, mais seuls neuf sont emprisonnés

La députée de 2016 La Membre du Parlement Lucy Allan demande une enquête publique, mais la police et les responsables du Conseil de Telford écrivent au ministre de l’Intérieur Amber Rudd pour lui dire que ce n’est pas nécessaire

Mars 2018  Pas moins de 1 000 victimes auraient été maltraitées, rapportent les médias

Daily Mail

(Merci à BB)


En lien :


Fdesouche sur les réseaux sociaux