Fdesouche

Lundi 11 juillet, à la barre du tribunal, les tentatives de justifications de Moussa S., 40 ans, originaire de Côte d’Ivoire, étaient difficiles à entendre. D’abord sur le fond : « Au pays, mon père avait 4 femmes et il était souvent violent avec elles. Chez nous, la femme ne dit rien quand elle n’a pas envie d’une relation sexuelle. Elle attend que ça se passe. » Et aussi sur la forme : souvent confus, le prévenu avait du mal à répondre directement aux questions.

Après un parcours migratoire compliqué, Moussa est arrivé en France en novembre 2019, avec son épouse Malia*. Ils sont à Bailleul, au centre d’accueil de demandeurs d’asile (CADA) quand l’Unité territoriale de prévention et d’action sociale (UTPAS) fait un signalement concernant Malia, alors enceinte. Lors d’une visite, en septembre 2020, la sage-femme reçoit les confidences de sa patiente sur sa relation de couple. Elle fait état de rapports sexuels non consentis : « J’ai été forcée de nombreuses fois, je n’ai pas compté. » Elle dénonce aussi des gifles au visage et des coups de ceinture dans le dos.

[…]

Reconnu coupable pour les violences, il a été condamné à six mois de prison avec sursis. Il a l’interdiction de contact avec la victime pendant trois ans et doit lui verser 1 000 € pour son préjudice moral. L’homme est par ailleurs en situation irrégulière, sa demande d’asile ayant été refusée. Il a quitté Bailleul et a été sans domicile fixe pendant près d’un an. Il a déjà fait l’objet d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF). Il déclare être actuellement hébergé, par une association, dans un hôtel en région parisienne.

La Voix du Nord


En Lien :


Fdesouche sur les réseaux sociaux