Fdesouche

Afin de fournir de nouvelles preuves de l’effet du contrôle des loyers sur les valeurs foncières et les transferts de richesse, nous étudions la mise en place d’un contrôle des loyers à St. Paul, Minnesota, en novembre 2021. Il s’agit d’un cadre d’étude idéal pour un certain nombre de raisons. Premièrement, la loi a été peu anticipée et aucune autre loi potentiellement influente n’a été adoptée au même moment. Deuxièmement, par rapport aux lois de contrôle des loyers en vigueur dans d’autres villes, la nouvelle loi de St Paul comporte des dispositions simples, bien qu’extrêmes : la croissance annuelle des loyers est est plafonnée à 3% d’une année sur l’autre, sans ajustement en fonction de l’inflation et sans disposition permettant aux prix de location aux prix du marché en cas de libération, et toutes les propriétés résidentielles sont couvertes par la loi, à quelques exceptions près. Troisièmement, les biens immobiliers situés en dehors des limites de la ville de St. Paul fournissent un échantillon de contrôle similaire pour la comparaison. Enfin, St. Paul est une grande ville, diverse, qui nous permet de d’étudier l’impact hétérogène du contrôle des loyers sur différents types de propriétés. En utilisant un échantillon de près de 150 000 transactions immobilières sur la période allant de janvier 2018 à janvier 2022 dans les cinq comtés entourant St. Paul, nous estimons tout d’abord l’effet de l’encadrement des loyers de St. Paul sur les valeurs immobilières.

PDF de l’étude (pages 1 et 2)

Résumé des auteurs

Nous utilisons les effets sur les prix causés par l’adoption de l’encadrement des loyers à St. Paul au Minnesota, en 2021, pour étudier le transfert de richesse entre les groupes. Tout d’abord, nous constatons que l’encadrement des loyers a entraîné une baisse de 6 à 7 % de la valeur des propriétés, soit une perte globale de 1,6 milliard de dollars. Un modèle réajusté des prix des maisons aux loyers encadrés attribue un tiers de ces pertes à des externalités négatives indirectes. Deuxièmement, en exploitant les données administratives au niveau des parcelles, nous constatons que les locataires qui ont le plus bénéficié de l’encadrement des loyers avaient des revenus plus élevés et étaient plus susceptibles d’être blancs, tandis que les propriétaires qui ont le plus perdu avaient des revenus plus faibles et étaient plus susceptibles d’être des minorités. Pour les propriétés dont les propriétaires ont un revenu élevé et les locataires un faible revenu, le transfert de richesse était proche de zéro. Ainsi, dans la mesure où l’encadrement des loyers vise à transférer la richesse des ménages à hauts revenus vers les ménages à faibles revenus, l’impact réel de la loi a été à l’opposé de son intention initiale.

nber.org

En résumé, les résultats de cette section fournissent des preuves cohérentes que l’ordonnance de l’encadrement des loyers à St. Paul a provoqué un transfert de richesse des propriétaires vers les locataires, mais dans les quartiers opposés à ceux qui étaient prévus. Au lieu que les propriétaires les plus riches transfèrent la richesse aux locataires les plus pauvres, nous constatons que les transferts de richesse étaient les plus importants lorsque les propriétaires étaient relativement plus pauvres et les locataires relativement plus riches. Étant donné que le revenu est fortement corrélé à la race et à l’éducation, ces résultats montrent également que les locataires les plus susceptibles de bénéficier du contrôle des loyers étaient moins susceptibles d’appartenir à des minorités et plus susceptibles d’avoir un niveau d’éducation élevé.

PDF de l’étude (page 35)


Fdesouche sur les réseaux sociaux