Fdesouche

Dans un communiqué publié ce lundi, l’ancien ministre de l’Éducation nationale, fervent partisan de Jean-Michel Blanquer, redoute que l’école soit « désorientée » par l’arrivée du nouveau ministre dont la philosophie s’oppose à celle de son prédécesseur.

Deux idéologies opposent Jean-Michel Blanquer et Pap Ndiaye. C’est ce changement tranché à la tête du ministère de l’Éducation qui inquiète Jean-Pierre Chevènement, 83 ans, lui-même ancien ministre de l’Éducation nationale de 1984 à 1986. Soutien d’Emmanuel Macron à la présidentielle, il a mis en garde ce lundi contre « l’enterrement de la politique mise en œuvre par Jean-Michel Blanquer depuis cinq ans », après la nomination de Pap Ndiaye.

« Il n’y a pas plus sûre méthode pour désorienter une grande institution comme l’Éducation nationale que de la confier tour à tour à deux ministres dont les philosophies de l’État s’opposeraient », a prévenu l’ancien ministre de François Mitterrand dans un communiqué. « C’est de cela que l’école a souffert depuis un demi-siècle, avec les résultats que nous voyons », a poursuivi Jean-Pierre Chevènement.

Adepte de la méthode Blanquer

(…) « Pense-t-on que le différentialisme promu par la gauche américaine (à travers le Conseil représentatif des associations noires, par exemple) puisse contribuer à l’égalité républicaine ? », interroge-t-il encore, en référence au CRAN, fédération d’associations françaises qui milite pour la défense des populations noires de France, dont Pap Ndiaye fut membre du conseil scientifique.

Le Parisien

(Merci à BB)


Fdesouche sur les réseaux sociaux