Fdesouche

13/05/2022

Coup dur pour le mouvement laïque, qui avait fait le choix d’un soutien à Emmanuel Macron : Renaissance n’a accordé au Printemps républicain qu’une seule circonscription pour les élections législatives de juin.

C’est ce qu’on appelle un pari manqué. Fin mars, le Printemps républicain (PR), mouvement engagé pour la laïcité issu de la gauche fondé en 2016, annonçait son ralliement à Emmanuel Macron. Certes convaincu par le tournant républicain (discours des Mureaux, loi séparatisme) opéré par le président de la République au cours de son mandat, l’organisation, qui ne revendique que 1 400 adhérents mais se montre active dans les médias et sur les réseaux sociaux, espérait obtenir quelques dividendes de ce ralliement : plusieurs circonscriptions étaient visées par les cadres du Printemps républicain. Amine El Khatmi, le président du mouvement, espérait ainsi être investi par LREM pour défier Aurélien Taché dans l’Oise.

(…)

Marianne

En lien :


19/03/2022

Le collectif  « Le Printemps républicain », qui entend porter un discours de gauche républicaine universaliste, critiqué par ses détracteurs pour son intransigeance concernant la laïcité, a apporté samedi son soutien à la candidature d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle, a indiqué à l’AFP son président Amine El Khatmi.  Ce dernier  fait état d’«une situation politique où l’extrême droite est à plus de 30% et la gauche est en ruines», en considérant qu’«en responsabilité, nous pensons avoir à apporter une voix au sein de la majorité présidentielle».

  «Pendant le quinquennat qui s’achève, nous avons été critiques vis-à-vis d’Emmanuel Macron, notamment lors de son discours au collège des Bernardins» – lorsque le président avait dit en 2018 vouloir «réparer le lien entre l’Église et l’État» – «mais force est de constater qu’il y a eu une évolution, notamment avec le discours des Mureaux et la loi contre le séparatisme», a expliqué Amine El Khatmi.

Longtemps dominé par la figure de son cofondateur, le politiste Laurent Bouvet décédé en décembre dernier, le Printemps Républicain a été régulièrement controversé depuis sa naissance il y a six ans, notamment accusé d’identitarisme, alors que ses partisans s’en sont fréquemment pris à la gauche pour être selon eux trop conciliante avec l’islamisme.  […]

Le Figaro


15/03/2022

Organisation issue de la gauche laïque fondée en 2016, le Printemps Républicain devrait se prononcer samedi 19 mars en assemblée générale sur sa position pour l’élection présidentielle. Un soutien à Emmanuel Macron devrait être débattu.

www.marianne.net


Fdesouche sur les réseaux sociaux