Fdesouche

Durant le mois de ramadan, les musulmans observent un jeûne quotidien du lever au coucher du soleil. L’iftar, la rupture du jeûne qui intervient à la tombée de la nuit, est l’occasion de se retrouver en famille pour partager un repas dans une ambiance festive. Mais pour les milliers de musulmans actuellement incarcérés dans des prisons en France, il est difficile de retrouver la même convivialité, explique un détenu incarcéré dans la région Franche-Comté, que la rédaction des Observateurs de France 24 a pu joindre.

(…) Mais pour les prisonniers musulmans en France, partager le repas de ramadan n’est pas toujours possible. Alors certains se sont tournés vers TikTok pour partager leurs expériences et célébrer ce mois sacré sur les réseaux sociaux.

(…) Adam (pseudonyme) est un jeune homme de 24 ans actuellement incarcéré en région Franche-Comté, France. Il utilise un téléphone qu’il a acheté en prison pour partager des vidéos sur TikTok.

“Le téléphone, je l’ai acheté en prison. C’est très facile d’en obtenir et d’en utiliser un. J’ai commencé à faire des vidéos sur TikTok pour partager mon quotidien et garder contact avec l’extérieur. Je fais le ramadan mais ça reste plus difficile que dehors, car on est évidemment beaucoup plus restreint dans ses options.”

Une vidéo publiée le 6 mars sur TikTok montre des ingrédients qu’Adam utilise pour cuisiner son repas du iftar.

“Ici 90 % des gens font le ramadan [il n’existe pas de statistiques officielles sur le nombre de musulmans dans les prisons françaises. Cependant en 2016, le ministère de la Justice rapportait qu’environ 26 % de la population carcérale demandait des aménagements spéciaux pendant le mois de ramadan, NDLR].”

(…) Le concept français de laïcité est toujours appliqué dans les prisons, mais certains aménagements sont effectués durant le mois de ramadan. Certaines prisons proposent des repas adaptés au jeûne pendant le mois de ramadan. Il s’agit souvent de repas plus copieux au dîner.

(…) France 24

(Merci à Adri)


Fdesouche sur les réseaux sociaux