Fdesouche

04/04/2022

La cour d’appel de Paris a rejeté la requête d’un ex-rebelle islamiste syrien qui contestait sa mise en examen pour torture, crimes de guerre et complicité d’enlèvement, a annoncé lundi 4 avril le procureur général de Paris dans un communiqué.

(…) Le Figaro


07/02/2020

Majdi Mustafa Nema, alias Islam Allouche, a été mis en examen en France fin janvier. Le Syrien était inscrit dans un institut de recherche français avec le programme Erasmus+ et disposait d’un visa en règle.

Ancien haut responsable d’un groupe salafiste syrien, il a été mis en examen en France puis écroué fin janvier. Reste une question: comment Majdi Mustafa Nema, alias Islam Allouche, a-t-il obtenu un visa pour la France? Qu’est-ce qui a permis à un homme, accusé depuis par la justice française d’«actes de torture et complicité», «crimes de guerre» et «complicité de disparitions forcées», de s’inscrire dans un institut de recherche français avec le programme Erasmus+ et un visa en règle? Le point sur une affaire pleine de zones d’ombre.

(…) D’après une source proche du dossier, il était «inconnu des services du ministère de l’Intérieur» et disposait de neuf identités différentes.

Le Figaro


06/02/2020

 

C’est depuis Istanbul qu’il sollicite sous sa véritable identité la délivrance d’un visa pour étudier en France. Il rédige alors une lettre de motivation pour l’Institut de recherche sur le monde arabe et musulman (Iremam) de l’université Aix-Marseille, relevant du Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Il obtient le sésame valable à partir du 5 novembre 2019. « Un visa court séjour » a été délivré « sur la base d’un dossier complet », a confirmé ce jeudi la porte-parole du Quai d’Orsay, qui précise que les « services ministériels compétents », en l’occurrence ceux de l’Intérieur, ont été préalablement consultés. Le visa arrivait à expiration le 5 février.

(…) Le Parisien


02/02/2020

[…]L’homme interpellé se faisait appeler Islam Alloush, mais se prénomme en réalité Majdi Mustafa Nameh et se trouvait en France au titre d’un visa Erasmus pour étudiants. Arrêté à Marseille, il a été mis en examen notamment pour «actes de torture et complicité», «crimes de guerre» et «complicité de disparitions forcées», a appris l’AFP de source judiciaire. Dans un communiqué publié samedi sur sa chaîne Telegram, le groupe Jaïch al-Islam a exhorté la justice française à libérer son ex-porte parole et à abandonner les accusations portées à son encontre. Le groupe a affirmé que Majdi Mustafa Nameh avait rompu tout lien avec lui.

Jaïch al-Islam était l’un des plus importants groupes de l’opposition au régime de Bachar al-Assad dans la région de Damas, notamment la Ghouta orientale, après le début de la guerre en Syrie en 2011. […]

Le Figaro


31/01/2020


Fdesouche sur les réseaux sociaux