Fdesouche

Selon un de ses proches, la droitisation de la candidate LR serait due aux «pressions» du finaliste du congrès et de son directeur de campagne, Patrick Stefanini.

(…)

Son directeur de campagne depuis 2015, également celui de Fillon en 2016-2017, aurait «évidemment» eu une influence sur ce glissement sémantique. Et il ne serait pas le seul, toujours d’après notre pécressiste de premier plan : «Eric Ciotti, c’est son boulet. Il a une place excessive dans la campagne. Chez nos militants, ça passe, mais au-delà, c’est pas possible.» Après sa «super campagne» au cours de laquelle il a «réussi à imposer sa marque» (dixit notre source), le proto-zemmouriste député des Alpes-Maritimes se serait «pris au jeu», considérant que «sa ligne a gagné» au congrès et dans les esprits de droite.

(…) Libération


Fdesouche sur les réseaux sociaux