Fdesouche

13/02/2022

Après que les Républicains ont exprimé leur consternation face au projet d’inclure des pipes à crack payées par le gouvernement dans les kits pour fumer sans risque, un groupe progressiste de soutien face à la drogue [liberal drug policy group] a critiqué le ministère de la Santé et des Services sociaux (HHS) pour avoir laissé tomber les pipes à crack.

La Drug Policy Alliance a déclaré que la décision de “retirer les pipes à crack des équipements pour fumer en toute sécurité est profondément décevante”.

C’est une occasion manquée de prévenir davantage de décès par overdose”, a écrit le groupe sur Twitter. Donner du matériel propre pour la consommation de drogues, comme une pipe et une seringue, réduit la transmission de maladies, dont l’hépatite C et le VIH”.

La réduction des risques permet de rencontrer les gens là où ils se trouvent, de les préserver des maladies et de les garder en vie afin qu’ils aient une chance de se rétablir et de guérir”, a ajouté le groupe.

L’administration Biden ne distribuera peut-être pas de pipes à crack gratuites, mais un programme de subventions de 30 millions de dollars du HHS pour la réduction des risques distribuera du matériel que les toxicomanes pourront utiliser lorsqu’ils consomment pour limiter la propagation des maladies.

[…]

L’attachée de presse [du gouvernement] a nié que le HHS ait changé sa politique sur les pipes à crack après la parution de l’article. “Nous ne soutenons pas le financement fédéral, indirect ou direct, des pipes à crack.

Cependant, les républicains ne la croient pas. Une fois de plus, ce qu’ils appellent “désinformation” c’est en réalité les faits réels qui donnent une mauvaise image des démocrates”, a écrit le sénateur Tom Cotton, R-Ark, sur Twitter.

Bonne nouvelle. Le HHS de Biden ne finance plus les pipes à crack. Mais ne vous méprenez pas : le changement de politique d’hier est dû au fait que le HHS s’est fait prendre “, a écrit Tom Cotton dans un autre tweet.

Rappel : C’était la politique de l’administration Biden de financer la distribution de pipes à crack jusqu’à ce qu’ils se fassent prendre “, a écrit le sénateur Ted Cruz, R-Texas, sur Twitter.

[…]

Selon le CDC, on estime à 100 306 le nombre de décès par overdose de drogue au cours de la période de 12 mois se terminant en avril 2021, soit une augmentation de 28,5 % par rapport à l’année précédente. Les trois quarts de ces décès sont dus à des opioïdes, dont beaucoup sont des opioïdes de synthèse, comme la méthamphétamine ou le fentanyl.

Des villes comme San Francisco et Seattle ont expérimenté leurs propres programmes de distribution de kits avec pipe à crack. D’autres ont renoncé à de tels projets. Louisville, dans l’État du Kansas, avait autorisé les dépanneurs à vendre des trousses à pharmacie, avant de les interdire par la suite.

Daily Mail


09/02/2022

L’administration Biden s’apprête à financer la distribution de pipes à crack aux toxicomanes dans le cadre de son plan visant à faire progresser “l’équité raciale”.

Le programme de subvention de 30 millions de dollars, dont les candidatures ont été clôturées lundi et qui débutera en mai, fournira des fonds à des organisations à but non lucratif et à des autorités locales afin de rendre la consommation de drogue plus sûre pour les toxicomanes. La subvention, qui est supervisée par le ministère de la Santé et des Services sociaux, comprend des fonds pour les “kits et fournitures pour fumeurs”. Un porte-parole de l’agence a déclaré au Washington Free Beacon que ces kits fourniront des pipes aux utilisateurs pour fumer du crack, de la méthamphétamine en cristaux et “toute substance illicite”.

Selon le HHS, les kits visent à réduire le risque d’infection lorsque l’on fume des substances avec des pipes en verre, ce qui peut entraîner des infections par des coupures et des plaies. Les candidats aux subventions sont prioritaires s’ils traitent une majorité de “communautés mal desservies”, notamment les Afro-Américains et les “personnes LGBTQ+”, comme le prévoit le décret du président Joe Biden sur la “promotion de l’équité raciale”.

Des villes dirigées par des démocrates, comme San Francisco et Seattle, ont distribué des kits pour fumer à leurs habitants. Toutefois, ces dernières années, certaines collectivités locales ont abandonné leurs programmes de kits pour fumer, craignant qu’ils ne favorisent l’utilisation de drogues. Louisville, dans le Kentucky, par exemple, a autorisé les dépanneurs à vendre des kits pour fumer, mais les a ensuite interdites. Les législateurs du Maryland ont abandonné leur plan de distribution après avoir été confrontés à la réaction des forces de l’ordre locales et à des chefs afro-américains.

Le sergent Clyde Boatwright, président de l’Ordre fraternel de la police du Maryland, a déclaré que les ressources du gouvernement étaient mieux utilisées avec la prévention de la consommation de drogues qu’avec la sécurisation de la consommation de drogues.

“Si nous envisageons une campagne de prévention plutôt qu’une campagne d’encouragement, je pense que nous pourrons avoir des communautés plus sûres avec moins de personnes dépendantes de ces substances”, a déclaré Boatwright au Free Beacon.

[…]

Il est contraire à la loi fédérale de distribuer ou de vendre du matériel de consommation de drogue, sauf autorisation du gouvernement.

Le fils du président Biden, Hunter, est un consommateur de crack de longue date.

The Washington Free Beacon


Fdesouche sur les réseaux sociaux