Fdesouche

Après une semaine mouvementée à l’école Makarenko de Vaulx-en-Velin, marquée par des jets de projectiles lancés contre l’établissement et des menaces de mort visant le directeur, l’opposition demande une réponse de la municipalité.

Depuis jeudi matin, les agents des polices municipale et nationale surveillent les abords de l’école Makarenko. Après des projectiles lancés contre l’établissement, des menaces de mort visant le directeur ont été taguées dans la cour.

Dans un communiqué de presse, l’élue d’opposition, Christine Bertin, tient à apporter son soutien « au directeur de l’école, homme reconnu et apprécié sur la ville pour ses actions éducatives, sportives et sociales. »

«Notre ville est gangrenée par les dealers et les trafics de drogue, s’insurge l’élue. Nous ne pouvons que réitérer nos demandes d’actions concrètes et efficaces de la part des services de l’Etat et de la commune pour débarrasser nos écoles et leurs abords des points de deals. Au-delà ce sont aussi les halls d’immeubles, les devantures de commerces, les parkings, tant de lieux de notre ville où la tranquillité a disparu. »

Christine Bertin demande des réponses aux actes de la part de la municipalité. « Les trafiquants doivent partir, la loi doit revenir sur la ville, ordonne-t-elle. Nous ne pouvons pas nous contenter de transformer nos écoles en camps retranchés comme cela semble être le vouloir des autorités. L’éducation doit rester la priorité de la ville ; les écoles doivent être ouvertes sur la ville vers les Vaudais avec bienveillance et justice ».

Le Progrès

(Merci à Maurice)


Fdesouche sur les réseaux sociaux