Fdesouche

01/02/2022

[…] Dans une déclaration répondant à l’accusation, l’institution a confirmé que “de temps en temps, nous éditons certains épisodes pour qu’ils soient adaptés à la diffusion [broadcast] d’aujourd’hui, y compris en supprimant le langage raciste et les stéréotypes d’il y a des décennies, comme la grande majorité de notre public s’y attendrait”. C’est ainsi qu’en l’absence de loi ou de réglementation, l’establishment britannique a commencé à supprimer les contenus qu’il juge inappropriés au regard de la situation actuelle.

L’utilisation du mot “broadcast” dans l’affirmation de la BBC était à la fois délibérée et trompeuse. Historiquement, une “émission” était un événement ponctuel, comme un journal ou une représentation théâtrale. Mais, comme la BBC le sait sans doute, à l’ère du streaming, les “broadcasts” ont tendance à être plus permanentes que cela. Parce qu’il est très ancien, une grande partie du matériel que la BBC a modifié n’est pas disponible à l’achat ou au téléchargement, et n’est pas non plus largement détenu sur des supports physiques, ce qui signifie que lorsque la BBC choisit de le modifier, elle modifie la seule copie de travail dont la majorité du public peut bénéficier. Dans un marché libre, on pourrait être obligé de lever les mains et de se lamenter que le détenteur du droit d’auteur soit un tel philistin. Mais la BBC est une agence gouvernementale de facto – une agence pour laquelle tous les Britanniques qui possèdent un téléviseur sont obligés par la loi de payer – et, par conséquent, le matériel qu’elle modifie est effectivement propriété publique.

Cela soulève une foule de questions importantes, dont la principale est la suivante : Pourquoi, si “la grande majorité” du public de la BBC attend de l’organisation qu’elle rende ses archives plus “convenables”, l’a-t-elle fait en secret ? […]

National Review


22/01/2022

Un auditeur anonyme a déclaré que la BBC avait modifié des comédies classiques pour supprimer des blagues qu’elle considère comme racialement ou politiquement insensibles.

Des rediffusions de classiques tels que Dad’s Army et Steptoe and Son auraient vu des blagues – et parfois des sketches complets – supprimées par le diffuseur.

L’auditeur anonyme de Radio 4 Extra a documenté les changements, qu’il a décrits comme des “coupures woke”, effectués sur plusieurs années pour supprimer le contenu qui pourrait maintenant être considéré comme raciste, politiquement incorrect ou misogyne. […]

Un porte-parole de la BBC a confirmé au Times que : “Nous éditons certains épisodes afin qu’ils puissent être diffusés aujourd’hui, notamment en supprimant les propos racistes et les stéréotypes datant de plusieurs décennies, comme la grande majorité de notre public s’y attendrait.”

L’année dernière, un auditeur s’est plaint des montages effectués par la BBC, déclarant que le public devait “se faire sa propre opinion sur ce qui pourrait être offensant”. […]

GB News


Fdesouche sur les réseaux sociaux