Fdesouche

Une infirmière qui étudie dans l’une des principales cliniques de santé mentale de Grande-Bretagne affirme qu’on lui a demandé de regarder des conférences et de lire des essais qui qualifiaient le christianisme de religion raciste et accusaient la Bible de racisme en raison de ses références aux “ténèbres” et à la “lumière”.

Amy Gallagher [photo], une chrétienne du sud de Londres, prépare une action en justice contre la Portman Clinic du nord de Londres, qui fait partie du Tavistock and Portman NHS Trust, pour ce qu’elle considère comme une discrimination religieuse et raciale dans le cadre d’un cours qu’elle a suivi pendant sa formation clinique en psychothérapie.

Mme Gallagher affirme :

-Qu’on lui a demandé de regarder une conférence en ligne affirmant que le christianisme faisait partie de l’oppression des Noirs par les Européens ;
-Qu’on lui a demandé d’assister à un séminaire en ligne intitulé Whiteness – A Problem For -Our Time, qui affirmait que tous les Blancs étaient racistes ;
-Qu’on lui a demandé de lire un essai intitulé The Criminalisation Of Blackness, qui reprochait à la Bible de créer des préjugés racistes inconscients ;
-Qu’après avoir fait part de ses inquiétudes, elle a été menacée de suspension de sa dernière année d’études et on lui a dit que sa carrière de psychothérapeute pourrait être compromise.

Mme Gallagher a déclaré : “de ce que j’ai vu, ce qu’ils décrivent comme de l’antiracisme est du racisme.

Ce qu’ils décrivent comme de la tolérance est de l’intolérance.

Ce week-end, elle a lancé une campagne de crowdfunding qu’elle a appelée Stand Up To Woke afin de l’aider à payer sa bataille juridique contre le Trust, qu’elle prévoit de poursuivre pour discrimination raciale et religieuse, harcèlement et intimidation.

[…]

Mme Gallagher a déclaré : “Le conférencier a parlé de manière négative du christianisme, alors qu’aucune autre religion n’a été mentionnée. Lorsque j’ai posé la question, on m’a dit que le Trust considérait le christianisme comme responsable du racisme parce qu’il est européen”.

Mme Gallagher affirme que le cours était “politiquement biaisé” et qu’il faisait “peu ou pas du tout référence à la psychothérapie”.

On lui a ensuite demandé, ainsi qu’à d’autres étudiants, d’assister à un séminaire en ligne de la psychanalyste Helen Morgan, intitulé Whiteness : A Problem For Our Time, qui conclut que les Blancs sont inconsciemment racistes.

La conférence, qui examine “le privilège blanc et la fragilité blanche”, est présentée sur le site web du Tavistock comme un séminaire destiné à marquer son centenaire.

La description en ligne dit : “Cette présentation est ancrée dans l’hypothèse que le problème du racisme est un problème de blanchité”.

Elle ajoute : “Ne pas vouloir tenir compte de la couleur de la peau et le processus de déni qui se développe pendant l’enfance des familles blanches progressistes sont un moyen de maintenir le privilège blanc et le racisme”.

Mme Gallagher a expliqué qu’elle ne se considérait pas comme raciste et qu’elle adoptait une approche égalitaire – elle ne jugeait pas les gens en fonction de leur couleur de peau – mais on lui a dit que cette approche était “dépassée”. J’ai commencé à avoir l’impression qu’on me demandait essentiellement d’adhérer à une idéologie raciste”, a-t-elle déclaré.

Puis, en mars de l’année dernière, elle a été orientée vers un texte figurant sur la liste de lecture du cours et intitulé The Criminalisation Of Blackness.

Ce texte parlait de l’utilisation des mots “clair” et “sombre” dans la Bible et affirmait que cela poussait les gens à être racistes dans leur inconscient”, a-t-elle déclaré.

Les mots “lumière” et “ténèbres” sont utilisés dans toutes les grandes religions du monde, et rien ne prouve que l’utilisation de ces termes dans la Bible soit une cause de racisme.

En mai, elle a reçu une lettre du Trust lui faisant part de ses inquiétudes quant à sa conduite prétendument “vexatoire”, ajoutant que cela pourrait avoir “des implications sur votre capacité à obtenir une inscription professionnelle”.

[…]

Mme Gallagher, qui suit toujours le cours, se dit préoccupée par le fait que les politiques identitaires radicales “s’infiltrent dans le service de santé”, ajoutant : “Se faire dire que je ne pourrais peut-être pas devenir psychothérapeute parce que je ne pense pas que le christianisme soit raciste et ne pense pas que tous les Blancs soient racistes, est assez extrême”.

Daily Mail

Aujourd’hui sur Fdesouche et pour la France:


Fdesouche sur les réseaux sociaux