Fdesouche

09/09/19

Julia Slan revient sur l’échec de l’insertion des élèves en situation de handicap à l’école, depuis la loi votée en 2005.

Le 11 février 2019, le ministère de l’Éducation nationale a fêté les 14 ans de la “loi pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées”. Votée en 2005, cette loi humaniste et égalitaire a mis fin à l’exclusion scolaire dont étaient victimes les enfants en situation de handicap et leur a enfin donné le droit d’être accueillis dans leur école de quartier “quels que soient leurs besoins”.

(…)

Le manque de moyens attribués à la gestion des dossiers, ne permet aucune évaluation sérieuse des besoins réels de l’élève et des capacités de l’école à y répondre

(…)

Aujourd’hui, ce sont les écoles publiques et en particulier le primaire qui accueillent 80% des élèves E.S.H. à plein temps dont la moitié souffre de problèmes mentaux. Malgré l’augmentation exponentielle (80% en 9 ans) des inclusions, aucune réduction d’effectifs n’a été envisagée dans les classes d’accueil contrairement à ce qui a été accordé en REP (anciennement ZEP) pour les CP à 12. Leur présence ne ralentit pas non plus les fermetures de classe. Ils se retrouvent dès lors au sein de groupes surchargés, aux besoins déjà variés auxquels s’ajoutent les leurs.

Plusieurs enquêtes menées auprès des E.S.H dévoilent sans grande surprise, leur mal-être en classe ordinaire et une meilleure estime d’eux-mêmes dans les classes spécialisées, plus adaptées à leurs besoins spécifiques.

(…)

www.marianne.net


Fdesouche sur les réseaux sociaux