Fdesouche

Nouvel An à Milan : le nombre de victimes et d’auteurs augmente, “deux jeunes femmes ont été submergées par environ 40/50 garçons âgés de 16 à 25 ans” (MàJ)

14/01/2022

De nouveaux détails choquants émergent de la nuit de violence sur la Piazza del Duomo. L’ordre émis par le commissaire de police de Milan décrit avec force détails la situation des jeunes victimes qui, entre le 31 décembre et le 1er janvier, ont été la proie de la meute d’étrangers qui ont semé la panique dans le centre-ville, harcelant et volant les jeunes filles qui passaient par là. Au fil des jours, les enquêteurs analysent davantage d’images et recueillent davantage de témoignages, de sorte que le nombre de victimes augmente. Les enquêteurs ont maintenant identifié au moins cinq incidents.

Ce sont des images brutalement fortes, qui photographient de manière encore plus sanglante ces minutes de terreur, reconstituées grâce aux images des caméras de surveillance et aux témoignages de ceux qui ont été témoins de ce ravage.

“Malgré l’intervention des amis des filles, le groupe de garçons a continué à les molester et à les tripoter et, soudain, les deux jeunes filles ont été envahies par environ 40/50 garçons âgés de 16 à 25 ans, les touchant partout sur le corps, les poussant et les faisant passer d’un garçon à l’autre”, indique l’ordonnance du juge. Dans l’ordre, les histoires très fortes des filles sont également rapportées : “J’ai crié pour chercher mon amie, j’ai même escaladé un muret pour la trouver mais je l’ai perdue de vue. Pendant ce temps, la police est arrivée avec des boucliers et des matraques. La masse des agresseurs a disparu, B. était là essayant de se couvrir avec sa veste serrée sur sa poitrine, elle n’avait plus de vêtements, elle était sans soutien-gorge, sans culotte, recroquevillée sur le sol pleine de bleus, son pantalon baissé jusqu’aux chevilles, elle a été secourue par un policier qui l’a aidée à se relever”.

La jeune fille a ensuite été secourue par une ambulance et emmenée à l’hôpital. D’autres filles, écrit le juge, “ont continué vers la Galerie sans se retourner, mais après quelques pas, près de l’entrée de la Galerie, elles ont été écrasées par un groupe d’environ 20/30 personnes”. L’une d’entre elles ” se souvient d’avoir été littéralement écrasée par derrière par une vague d’hommes qui l’avaient violemment tripotée dans ses parties intimes, mettant leurs mains sur elle….. Au point de déchirer son collant, la faisant tomber au sol.”

[…]

Il Giornale


13/02/2022

D’après la reconstitution de la procureure Alessia Menegazzo et de l’adjointe Letizia Mannella, ce sont eux qui auraient sélectionné et approché, avec excuse ou avec harcèlement, les “proies”.

(…) Ce sont ceux qui ont déclenché les attentats sur la Piazza Duomo le soir du Nouvel An contre six des neuf filles, Mahmoud Ibrahim et Abdallah Bouguedra, les deux jeunes hommes arrêtés à Milan et Turin dans le cadre de l’enquête menée par le Parquet de Milan pour violences sexuelles en groupe, vols et blessures.

Ansa.it


11/01/2022

La police et les procureurs ont indiqué que les suspects identifiés étaient des étrangers ou des Italiens d’origine nord-africaine. Les enquêteurs pensent que plus de neuf jeunes femmes ont été attaquées et tentent de retrouver d’autres victimes.

BBC


La police italienne a annoncé mardi avoir identifié une vingtaine de jeunes hommes soupçonnés d’avoir agressé sexuellement des jeunes femmes lors des festivités de la Saint-Sylvestre à Milan (Nord), parmi lesquelles deux touristes allemandes.

Neuf femmes ont affirmé avoir été agressées par des groupes de jeunes hommes alors que les célébrations du Réveillon battaient leur plein sur la piazza del Duomo, la principale place de la capitale lombarde. «Les jeunes hommes qui ont agressé sexuellement des jeunes femmes sur la piazza del Duomo à Milan le soir du Nouvel An ont été identifiés», a indiqué la police milanaise dans un communiqué, précisant qu’il s’agissait de 18 hommes et adolescents âgés de 15 à 21 ans, Italiens et étrangers. Des perquisitions ont été menées mardi matin à Milan et Turin dans le cadre de l’enquête ouverte par le parquet milanais pour agressions sexuelles en réunion.

 «Nous avons tenté de les repousser, mon amie les a frappés et giflés, mais ils riaient et ils ont continué à nous agresser. J’avais 15 mains sur moi», a témoigné une des victimes, citée par l’agence de presse Ansa.

Le Figaro


08/01/2022

Agressions sexuelles collectives sur la Piazza Duomo à Milan : enquête ouverte concernant au moins 5 cas de femmes agressées sexuellement par des jeunes, qui ont agi “en meute”.

Des affaires qui rappellent ce qui s’est passé à Cologne en 2016, toujours lors des fêtes de fin d’année, lorsque des centaines de personnes, agissant en petits groupes, ont abusé, jusqu’à les dépouiller, des dizaines de femmes.

Les faits à Milan, tels que rapportés par les enquêteurs, sont “extrêmement graves”.

Les victimes connues : une jeune femme de 19 ans encerclée et harcelée, vers 1h30 du matin, par une trentaine de garçons d’origine étrangère ; une de ses amies qui était avec elle cette nuit-là, mais qui aurait réussi à éviter une agression plus violente grâce à l’intervention d’un ami ; deux jeunes touristes étrangères (visibles dans une vidéo publiée en ligne ces derniers jours), effrayées et en larmes, qui ont été laissées à la merci d’une meute ; un autre cas de violence à l’encontre d’une jeune femme fait également l’objet d’une enquête.

Les deux femmes allemandes agressées sur la Piazza Duomo le soir du Nouvel An ont déposé plainte. “Nous les avons repoussés mais ils ont ri. La police n’a rien fait”

Les enquêteurs et les détectives passent au crible toutes les images des caméras de la zone et les différentes vidéos, y compris des films amateurs, car d’autres épisodes similaires pourraient apparaître. Ils enquêtent également sur les différentes plaintes pour vol déposées par plusieurs femmes afin de comprendre s’il y a également eu des violences physiques. Le parquet a réaffirmé que ce qui s’est passé lors du la nuit Nouvel An autour de la cathédrale de Milan était “un événement très grave et sans précédent”, de sorte que l’enquête vise à identifier et à punir tous les responsables.

“Ces épisodes très graves – déclare l’adjoint à la sécurité de la Lombardie, Riccardo De Corato – rappellent ce qui s’est passé lors du réveillon du Nouvel An à Cologne et dans d’autres villes allemandes en 2016, lorsque des groupes de jeunes étrangers ont attaqué des dizaines de filles et de femmes qui se trouvaient dans la rue pour les célébrations.”

ANSA


05/01/2022


La vidéo montre des dizaines d’hommes entourant une jeune femme lors des célébrations de la Saint-Sylvestre à Milan.

Entourée et harcelée au milieu des cris amusés d’une meute d’hommes. Le grave incident s’est produit le soir du Nouvel An, pendant les célébrations sur la Piazza Duomo, et a été filmé par des passants qui l’ont ensuite posté sur Instagram.

Milano Today


04/01/2022

Italie – Lors du réveillon du Nouvel An, une fille a été encerclée et agressée par environ 30 étrangers, selon son témoignage, près du Palazzo Reale à Milan, dans le centre, à quelques pas de la Piazza del Duomo. La jeune femme de 19 ans a tenté de se défendre en utilisant le sac qu’elle portait, mais elle a été saisie par ses agresseurs alors qu’elle tentait de les chasser.

La jeune femme a témoigné à la police qu’elle avait été palpée et qu’à un moment donné, le groupe a essayé de la déshabiller. Heureusement, il y avait de nombreux policiers et agents des forces de l’ordre dans le secteur, qui ont rapidement entendu l’alerte de la jeune femme et ont pu intervenir immédiatement.

À la vue des uniformes, les assaillants ont disparu dans diverses directions sans laisser de traces.

En tout, 10 rixes ont été enregistrées hier près du centre de Milan (…) Des moments de tension se sont également produits dans des zones décentralisées, telles que la Piazza Gae Aulenti, après environ minuit, les policiers mobiles ont effectué une intervention pour une attaque subie par deux garçons par 7 étrangers. Les deux jeunes hommes, âgés de 18 et 19 ans, ont été transportés à l’hôpital Fatebenefratelli de Milan avec des blessures à la tête et à la poitrine, causées par des bouteilles cassées.

(…) Il Giornale

Merci à Jean-Baptiste Moquelin


Fdesouche sur les réseaux sociaux