Fdesouche

Ce capitaine de marine a été victime d’une agression “gratuite” le 1er janvier 2022 à Rezé, près de Nantes. Dans une lettre ouverte, il annonce à regret son départ de la commune.

Il allait simplement baladé sa chienne. Il est revenu le visage meurtri, l’œil gauche abîmé. Dans l’après-midi du samedi 1er janvier 2022, David a été victime d’une agression sauvage dans la campagne de Rezé, au sud de Nantes (Loire-Atlantique), de la part de trois individus qui circulaient sur la route.

Un déferlement de violence, des coups qui pleuvent 10 longues minutes. « Ma chienne a eu le malheur de poser sa patte sur l’un d’entre eux. Les insultes ont fusé et je n’ai pas baissé les yeux », raconte le père de famille, capitaine de marine. Le résultat ? Traumatisme crânien secondaire, plancher orbital cassé et joue ouverte sur plusieurs centimètres. « C’était Rocky », ironise aujourd’hui Isabelle (prénom d’emprunt), sa femme. 

Me faire casser la gueule à 100 mètres de chez moi, ça me reste en travers de la gorge, mais je n’ai pas eu peur. Ils m’ont dit à plusieurs reprises : “On va te tuer”. Ils avaient les yeux exorbités… Ma crainte désormais, c’est qu’ils retrouvent ma baraque.

Un sentiment partagé par l’épouse et les enfants de David, décidés à quitter la maison qu’ils occupent depuis 13 ans. « On avait déjà ce projet, mais on va l’accélérer », explique Isabelle.

Dans une lettre ouverte envoyée à la presse locale, elle revient sur les raisons de ce départ. « Depuis deux ans, les incivilités s’accumulent. (…) Nous avons le sentiment d’être abandonnés, non entendus malgré nos demandes récurrentes. Oui, nous aimons notre lieu de vie mais pas à n’importe quel prix », a-t-elle écrit avec son mari. 

(…) Le 16 décembre 2021, des membres de la conférence citoyenne mis en place à l’automne ont remis 66 préconisations aux élus « pour améliorer la sécurité et le vivre-ensemble à Rezé ». Confrontée à une hausse de la délinquance depuis plusieurs années, Rezé est l’une des dernières villes de la métropole nantaise à ne pas avoir de police municipale. Pour David et Isabelle, ce n’est pas forcément la solution. (…)

Actu.fr


Fdesouche sur les réseaux sociaux