Fdesouche
Paris : le plan crack qualifié de «dispositif dépassé», une «phase 2» en préparation

23/12/2021

Dans quelques jours s’achèvera officiellement le « plan crack » lancé en 2019 par l’Etat, la mairie de Paris et quelques associations. En tout, près de 25 millions ont été dépensés et le bilan est plus que maigre. Pire, le dossier du crack continue de déchirer toutes les parties concernées, des élus aux riverains. Pour prendre en main définitivement le problème du crack, trois élus, François Dagnaud (PS), maire du 19e arrondissement de Paris, Karine Franclet (UDI), maire d’Aubervilliers et Bertrand Kern (PS), maire de Pantin, en appellent au président de la République. Par le biais d’une pétition en ligne, ils lui demandent d’intervenir, lui qui est le seul à avoir « l’autorité pour impulser et imposer une coordination des acteurs, mettre fin à cette honte et mettre en place un modèle français de sortie du crack ».

[…] La pétition demande ainsi au président de la République de trouver une solution de relogement et de prise en charge des consommateurs de crack, suggérant que si les hôpitaux ne disposent pas des lits nécessaires, d’autres lieux vacants peuvent être réquisitionnés et aménagés en centre de soins et d’hébergements à taille humaine. Une demande qui fait écho aux difficiles négociations pour l’installation de salles de shoot dans Paris. Un impératif alors que la pluie et le froid sévissent depuis des semaines.

20 minutes

09/12/2021

  • Le « plan crack » lancé en mai 2019 et réunissant Etat, Mairie de Paris et associations, doit s’achever à la fin de l’année.
  • La Chambre régionale des comptes (CRC) en fait un bilan contrasté, avec une forte hausse des hébergements d’urgence, mais qui n’a pas suffi à faire face à l’afflux de consommateurs de crack.
  • Objectif indirect du plan la « réduction des troubles causés à la tranquillité publique s’avère limitée », indique le rapport de la CRC.

20minutes.Fr


Fdesouche sur les réseaux sociaux