Fdesouche

Au cœur du quartier gitan de Perpignan, sur la place du Puig, telle une nuée d’oiseaux, une bande d’enfants jouent et fument. Dans leur école, l’école de la Miranda, 150 inscrits, 30 présents. Les enseignants et les familles gitanes ne voient pas du tout l’éducation des enfants de la même façon.

Nous sommes à Perpignan, dans le quartier gitan, place du Puig, qui signifie le “sommet” en catalan. Là, les enfants gitans jouent, fument, chantent et courent dans tous les sens. Impertinents, curieux et pleins d’entrain, ils prennent le micro et disent leur façon de voir le monde, rient à gorge déployée et racontent leur quotidien dans le quartier gitan.

J’aime pas l’école, moi !

On habite en France, donc on est un peu Français, mais on est pas vraiment Français, on a est gitans, car on a du sang gitan ! Les Français ils dansent n’importe comment ! Donc moi je suis fier d’être gitan

Chez les gitans, le gosse est roi !

A l’école de la Miranda, les enseignants font tout pour que les petits enfants gitans aiment l’école et surtout pour qu’ils s’y rendent ! Car, bien que les professeurs aillent les chercher chez eux le matin, leur servent le petit-déjeuner et les encouragent à être assidus, les enfants gitans ne sont que très peu à la fréquenter régulièrement…

“Ce matin, on est à 7 sur 37. Le matin, c’est très difficile. On y a un premier facteur quand même qui est important, c’est que ces élèves se couchent très tard et donc, le matin, ils ne se lèvent pas.”[…]

France Culture


Fdesouche sur les réseaux sociaux