Fdesouche

La loi de l’Etat qui permet d’arrêter les migrants pour intrusion suscite des vocations chez certains groupes de citoyens armés, que les responsables locaux ne voient pas toujours d’un mauvais œil

BRACKETTVILLE, Texas — Alors que ce comté du sud du Texas voit une forte augmentation des arrivées d’étrangers clandestins, le shérif Brad Coe coopère avec des groupes de citoyens armés qui l’aident à patrouiller le long de la frontière et à arrêter les migrants accusés d’intrusion.

Voici plusieurs mois que le shérif du comté de Kinney tombe ponctuellement sur des groupes d’hommes vêtus de gilets pare-balles et équipés de fusils lorsqu’il patrouille pour débusquer des migrants. Un autre groupe armé a proposé son drone à la pointe de la technologie et accompagné M. Coe dans sa ronde. Ce groupe cherche par ailleurs à établir de potentiels partenariats avec des entreprises de sécurité privées.

Ces personnes sont motivées par une nouvelle loi texane qui permet d’arrêter les migrants pour intrusion. Or, quand les fonctionnaires locaux ne leur offrent pas un soutien tacite, ils les accueillent carrément les bras ouverts. Ces organismes affirment que leur objectif est de stopper les migrants et de les confier aux forces de l’ordre pour qu’elles les arrêtent.

M. Coe, ancien agent de la patrouille frontalière, accepte volontiers toute l’aide disponible pour tenter de détourner les flux de migrants.

« L’idée, c’est que s’ils savent qu’ils seront arrêtés, ils iront ailleurs » explique-t-il.

Au niveau de l’Etat, les autorités voient en revanche d’un mauvais œil ces démarches privées et se disent inquiètes à l’idée que des civils armés se conduisent comme s’ils faisaient partie des forces de l’ordre. Mercredi, l’ACLU (l’Union américaine pour les libertés civiles) et neuf autres associations ont porté plainte auprès du département de la Justice et demandé qu’il procède à une enquête sur les agences d’Etat du Texas et les gouvernements locaux impliqués dans les arrestations d’immigrés. Elles s’inquiètent notamment, disent-elles, du soutien tacite ou ostentatoire que le comté de Kinney apporte à ce genre de groupes privés.

(…) L’Opinion


Fdesouche sur les réseaux sociaux