Fdesouche

Le Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN) s’est choisi un nouveau président en la personne de Nassurdine Haidari. Celui qui était jusqu’il y a peu le président de la section Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) a été élu « à l’unanimité des fédérations » le 6 novembre pour un mandat de trois ans. Agé de 43 ans, ce Marseillais d’origine comorienne et de confession musulmane entend placer sa présidence « sous le signe de la réconciliation nationale ». Premier président de cette organisation, il affirme : «L’islam est une composante essentielle et structurante de mon identité ».

Pourquoi avez-vous souhaité briguer la présidence du CRAN ? Quelles sont vos ambitions pour l’organisation ?

Après plus de 15 ans de militantisme au sein de cette organisation nationale, j’ai pensé que le moment était venu de prendre mes responsabilités et d’honorer la promesse que je me suis faite : ne jamais laisser le racisme décomplexé, la négrophobie, l’islamophobie et l’antisémitisme détruire des vies et ne jamais laisser tomber certaines personnes indéfiniment dans les affres de l’injustice et de la discrimination.

Je voudrais également que le CRAN puisse s’emparer de la question des banlieues qui concentre la quasi-totalité des maux de notre société et mieux faire parler les différentes communautés entre elles. Les récents incidents où certaines personnes d’origine maghrébine dénigraient en des termes orduriers d’autres personnes parce que Noires ont pu laisser entrevoir qu’il y avait également beaucoup d’efforts à réaliser dans nos cités. Ma présidence sera placée sous le signe de la réconciliation nationale.

C‘est aussi la première fois qu’un musulman est élu à la tête de l’organisation. Pourquoi est-ce important pour vous de le noter ? Qu’est-ce que cela vous inspire ?

L’islam est une composante essentielle et structurante de mon identité. Dans ces moments troubles où un futur candidat à la présidentielle organise une chasse à l’islam et de facto de manière déguisée à certains musulmans de France, le CRAN a voulu envoyer un message clair : les musulmans n’ont pas à se cacher où à oublier une partie de leur identité religieuse. L’islam est la deuxième religion de France, la plus confrontée aux attaques, et j’aimerais que ma présidence s’inscrive dans l’affirmation de ce que nous sommes, des Français de confession musulmane, d’origine différente certes, mais avec cette passion de faire réussir la France, qui a besoin de tous ses enfants. Nous ne sommes point des citoyens de papiers ou de seconde zone. Nous recherchons que notre République se tienne debout, comme disait Césaire, pour assurer l’égalité des droits de tous. […]

Nous sommes à quelques mois d’une élection présidentielle brutale et violente. […]Nous devrons faire preuve de pédagogie pour faire comprendre au plus grand nombre que notre combat est celui de la préservation du triptyque républicain, « Liberté, Egalité, Fraternité ». Une France qui a peur est une France qui n’avancera pas. Repliée sur elle-même, elle ne se renouvellera pas. […]

Quels messages souhaitez-vous faire valoir au nom du CRAN ?

Nassurdine Haidari : N’ayez pas peur et luttez pour vos droits ! C’est un message que j’adresse aussi bien à ceux qui subissent les discriminations qu’à ceux qui, dans la société, se sentent fragilisés dans leur identité. Une identité figée est morte ; elle se développe et se recompose avec le temps. Je peux comprendre que cela fasse peur mais la France est plus forte avec une identité qui évolue, pas plus faible. […]

oumma


Fdesouche sur les réseaux sociaux