Fdesouche

(…)

Les familles noires du Delta du Mississippi étaient celles qui, historiquement, effectuaient le travail dans les champs. Les choses ont commencé à changer il y a une dizaine d’années, quand les premières dizaines de travailleurs blancs sont arrivés d’Afrique du Sud avec des visas spéciaux. M. Strong et ses collègues ont formé ces hommes, qui, l’année dernière, étaient attirés par des salaires de plus de 11 $ de l’heure, contre 7,25 $ de l’heure pour M. Strong et les autres travailleurs noirs locaux.

Les fermiers ont fait venir de plus en plus de Sud-Africains au fil des années qui sont désormais employés dans plus de 100 fermes du delta. M. Strong, 50 ans, et plusieurs autres travailleurs de longue date ont déclaré qu’on leur avait dit que leurs services n’étaient plus nécessaires.

“Je n’aurai jamais imaginé qu’ils en arrivent à embaucher des étrangers au lieu de personnes comme moi”, a déclaré M. Strong.

(…)

Dans le Mississippi, où l’héritage de l’esclavage et du racisme a longtemps imprégné le travail dans les champs de coton, un procès intenté par M. Strong et cinq autres ouvriers agricoles noirs déplacés affirme que les nouveaux travailleurs étrangers ont été illégalement payés à des montants plus élevés que les travailleurs noirs locaux, qui, selon eux, ont subi pendant des années des insultes racistes et d’autres traitements humiliants de la part de superviseur blanc.

Deux autres plaignants s’apprêtent à se joindre à l’action en justice, selon le motif que les agriculteurs auraient violé la loi sur les droits civiques en n’embauchant que des travailleurs blancs d’Afrique du Sud, un pays qui a sa propre histoire d’injustice raciale.

(…)

Le Delta n’est que l’un des nombreux endroits où des Sud-Africains ont été embauchés pour des travaux agricoles ces dernières années. Si les Mexicains ont représenté la plus grande part des visas de travail l’année dernière, avec 197 908 visa, la deuxième place revient aux Sud-Africains avec 5 508. Leur nombre a augmenté de 441 % entre 2011 et 2020.

Garold Dungy, qui dirigeait jusqu’à il y a deux ans une agence de recrutement de travailleurs agricoles étrangers, notamment pour Pitt Farms, l’exploitation qui employait M. Strong et les autres plaignants, a déclaré que les Sud-Africains représentaient la majeure partie de son activité. Ils sont “le groupe préféré”, a-t-il dit, en raison de leur forte éthique de travail et de leur maîtrise de l’anglais.

Dans le cadre de ce programme, les producteurs peuvent embaucher des travailleurs étrangers pour une durée maximale de 10 mois. Ils doivent leur verser un salaire horaire qui est fixé par le ministère du travail et varie d’un État à l’autre, ainsi que leur payer le transport et le logement.

New-York Times


Fdesouche sur les réseaux sociaux