Fdesouche

Un homme comparaissait devant le tribunal de Nanterre le 27 octobre, pour avoir agressé quatre agents femmes de la RATP, qui lui réclamaient de payer son titre de transport à 2,10 euros.

(…) Elle, et trois de ses collègues contrôleuses RATP présentes à l’audience, avaient alors dû faire face, à Bourg-la-Reine, à cet homme de nationalité mauritanienne bien décidé à ne pas payer son titre de transport.

(…) Il faudra tirer la sonnette d’alarme et immobiliser le train en gare pour en faire sortir le contrevenant, toujours aussi enragé. « Je baise ta mère, sale pute, lâchera-t-il à une agente du PC sécurité où les contrôleuses tenteront de le maintenir jusqu’à l’arrivée de la police. Je préfère aller en prison plutôt qu’on me manque de respect ». Trois autres employées de la RATP essuieront coups et jurons avant son interpellation par les forces de l’ordre. À en croire les agents de sécurité masculins présents sur place, l’individu n’aura été virulent qu’avec les jeunes femmes, de plus petit gabarit.

Un bel exemple du « courage des lâches », résumera l’avocat des parties civiles. Les quatre victimes écoperont d’ITT (interruptions temporaires de travail, Ndlr) allant de 2 à 7 jours, pour des violences notamment subies « au cours d’une scène qu’on pourrait qualifier d’unique », aux dires de la présidente du tribunal. Car au-delà des « coups de patates » revendiqués par le prévenu à l’audience « pour se défendre », celui-ci frappera également des agentes avec son manteau, brandi comme un fouet. Une scène, là encore filmée. Son avocate plaidera la cause d’un homme « pressé d’aller travailler », à qui on aurait dû mettre « une amende et puis voilà ».

La Gazette de la Défense

Merci à Alexandre


Fdesouche sur les réseaux sociaux