Fdesouche
Aubervilliers. Le PC demande la démission de l’élue à la culture à cause de son passé à l’extrême droite

27/10/21

Mon adjointe s’appelle Maurice. Ce n’est pas un film de série B mais c’est assurément un épisode peu glorieux de la vie politique à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). Princesse Granvorka, adjointe (LR) à la culture, au patrimoine et à l’égalité femmes-hommes a présenté, ce mardi, sa démission au maire (UDI) Karine Franclet.

« Je l’ai acceptée afin de ne pas entacher les valeurs portées par la majorité municipale », précise la maire. « Je tiens à rappeler fermement que les valeurs de l’équipe Changeons Aubervilliers sont totalement incompatibles avec celles du Rassemblement national », appuie-t-elle sur son compte Twitter.

(…) Le Parisien

26/10/21

Samedi 23 octobre, soit plus d’un an et demi après la victoire de la droite (UDI) dans cette ville de Seine-Saint-Denis, longtemps à gauche (alternant PC et PS), le conseiller municipal communiste Anthony Daguet révélait sur les réseaux sociaux que Princesse Granvorka, de son vrai nom Maurice Granvorka avait été investie en 2017 par le Rassemblement national, aux élections législatives.

Suite à cette première révélation, les militants ont découvert que l’adjointe à la culture avait signé en septembre dernier une pétition initiée par le député LR Julien Aubert, où le parlementaire demandait, entre autres, l’abolition du droit du sol, la fin du regroupement familial et une révision du droit d’asile.

En mai 2021, Princesse Granvorka apposait sa signature à une autre pétition de Julien Aubert. Le parlementaire de droite se disait révolté par la présence d’Assa Traoré au festival “Paroles de Résistances”.

(…)

www.lecourrierdelatlas.com


Samedi 23 octobre, Anthony Daguet, conseiller municipal communiste a révélé sur les réseaux sociaux que Princesse Granvorka, de son vrai nom, Maurice Granvorka Puisard, adjointe à la Culture, au Patrimoine et à l’égalité Femme-Homme a été investie en 2017 par le Rassemblement National, pour être candidate aux élections législatives sur la circonscription Aulnay-sous-Bois/Bondy et soutenue par Marine Le Pen.

Nous ne pouvons que remercier et saluer cette alerte qui nous oblige à exiger une réaction de la majorité municipale à la hauteur de cette information qui a été vécue comme une onde de choc pire une tromperie pour bon nombre d’Albertivillariens attachés aux valeurs de la République.

Aubervilliers est une ville-monde où la solidarité et le partage sont des valeurs qui nous unissent.

Nous sommes fiers que notre ville soit connue et reconnue pour son maillage culturel, sa capacité à vivre ensemble, à mener des projets émancipateurs pour tous et par tous. Rien n’aurait été possible sans la construction d’une politique culturelle qui est le fruit de longues années de travail et de luttes menées, en autre par Jack Ralite, pour démontrer que la banlieue, que notre ville, avait des talents, des idées et participait pleinement à la création qui fait de notre pays une vitrine au plan international.

Alors que Madame la Maire, Karine Franclet, promettait de la transparence dans son programme, qu’elle ne cesse de le répéter à tout bout de champ au conseil municipal, nous ne pouvons que nous interroger légitiment sur sa connaissance du passé de son adjointe à la culture. Ainsi, il aura donc fallu attendre plus d’un an et demi après son élection pour qu’un élu découvre enfin la vérité et pour que cette information soit révélée au grand jour alors qu’elle aurait due être vérifiée lors de la constitution de avons affiné nos recherches et avons découvert que Princesse Granvorka avait signé le 14 septembre dernier, une tribune du député Julien Aubert publiée dans le magazine d’extrême droite Valeurs Actuelles, qui stipulait que le problème dans notre pays était l’immigration. Le 17 mai 2021, elle avait également signé une tribune avec ce député pour dénoncer la présence d’Assa Traoré à l’occasion du festival « Paroles de Résistances » en considérant que cette militante anti-raciste était l’antithèse des valeurs universalistes de la résistance à l’occupant nazi.

Dans le climat actuel où le racisme, l’islamophobie, l’antisémitisme, les inégalités ont la part belle dans les médias avec l’extrême droite qui ne cesse de déverser sa haine de l’autre, nous ne pouvons accepter qu’à Aubervilliers de telles idées contraires aux valeurs de la République siègent au Conseil municipal.

Les communistes d’Aubervilliers, tout comme de nombreux Albertvillariens, exigent la démission immédiate du conseil municipal de Princesse Granvorka, élue à la Culture, au Patrimoine, à l’égalité Femme-Homme et s’interrogent sur les courants politiques de la majorité qui soutient la Maire UDI, Karine Franclet. La transparence est attendue, c’est un acte démocratique.

PCF


Fdesouche sur les réseaux sociaux