Fdesouche

Quatre Nord-Africains attaquent une femme dans les rues de Vitoria (Espagne) en criant : « Facho, on va te casser ton joli visage ! »

Nouvelle agression brutale à Vitoria. Une femme de 30 ans a signalé à la police de l’Ertzaintza qu’elle a été battue par quatre Nord-Africains alors qu’elle rentrait seule chez elle tôt dimanche matin. L’incident fait froid dans le dos : les quatre hommes l’ont entourée dans un jardin en direction de sa maison dans le quartier d’El Batán et ont commencé à s’attaquer à son visage après avoir crié : “Hé, toi la facho, on va te casser ton joli visage“.

La jeune femme a pu envoyer la localisation à son père et l’a accompagné pour porter plainte. Suite à l’incident, l’Ertzaintza a ouvert une enquête. La victime a été soignée par les ressources sanitaires pour les blessures subies et aucune arrestation n’a été effectuée jusqu’à présent.

Cette agression brutale a suscité la condamnation de différents partis politiques et groupes sociaux. La porte-parole du PP, Ainhoa Domaica, a exprimé sa profonde indignation : “Ce genre de racaille n’a pas sa place dans notre ville“. Elle a également demandé une réunion urgente du conseil des porte-parole de la mairie de Vitoria pour analyser cette agression.

Cette agression brutale n’est pas un cas isolé. Le Pays basque en général, et Vitoria en particulier, n’a cessé d’enregistrer des agressions ces derniers mois. C’est pourquoi le porte-parole populaire a exigé “d’agir maintenant” : “L’augmentation de la violence, de l’insécurité et des agressions dans nos rues est très inquiétante, que se passe-t-il à Vitoria ?

Pour sa part, le conseil municipal de Vitoria a approuvé une déclaration institutionnelle de condamnation et de rejet et a manifesté son soutien et sa proximité avec la victime et son entourage. Elle a également mis à sa disposition les ressources psychologiques, juridiques, sanitaires, de protection et d’hébergement dont elle peut avoir besoin.

La mairie, dès qu’elle a eu connaissance de l’affaire et après avoir vérifié les informations permettant d’avoir une vision la plus complète et précise possible, a activé le protocole d’action et de réponse publique à la violence de genre, en convoquant une réunion d’urgence pour recueillir toutes les informations et coordonner la réponse institutionnelle et la prise en charge de l’environnement des victimes“, indique le document.

Okdiario


Fdesouche sur les réseaux sociaux