Fdesouche

Darmanin sur la crise migratoire à Calais : « Depuis le 1er janvier 2021, on a hébergé dans des logements payés par la République 12.000 réfugiés »

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin défend le bilan de l’action de l’État à Calais depuis l’élection du président de la République Emmanuel Macron en 2017. « Bien sûr il y a encore des difficultés, et elles sont importantes, mais entre ce qu’a fait monsieur Cazeneuve (ancien ministre de l’Intérieur sous la présidence de François Hollande, ndlr) jusqu’à nous, il y a quand même une amélioration très profonde de la situation à Calais, puisque le nombre de migrants a été divisé par 15, même si on peut encore faire mieux. » Il fait des annonces sur ce qui va changer dans les jours ou les semaines qui viennent, et sur ce qui ne changera pas.

L’argent promis par les Anglais versé la semaine prochaine

Le Royaume-Uni s’était engagé, fin juillet, à payer à la France 62,7 millions d’euros pour la période 2021-2022. Mais, selon la presse britannique, la ministre de l’Intérieur anglaise, Priti Patel, aurait menacé début septembre de ne pas verser cette somme, prétextant que la France n’en faisait pas assez pour lutter contre les traversées de migrants en Manche. Un virement aura lui la semaine prochaine.

[…]

L’utilisation des drones

« Le Conseil d’État a considéré qu’il devait y avoir une base législative pour faire voler les drones », rappelle le ministre. La décision de l’institution les a cloués au sol et ils ne peuvent depuis plus être utilisés par le Peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie de Marck (Psig). Mais ça pourrait changer rapidement. « J’ai fait porter un texte à l’Assemblée et au Sénat qui vient d’être adopté par les deux chambres et qui devrait être promulgué dans les prochaines semaines, les prochains jours », annonce Gérald Darmanin.

[…]

Sur la politique menée par l’État à Calais

« Il y a plein de sujets sur lesquels on peut encore largement s’améliorer : l’accès aux sanitaires, la façon dont on distribue les vêtements, la façon dont les forces de l’ordre sont présentes… », avoue le ministre. À la question de l’accès à l’eau, il répond également par l’affirmative. Mais sur le fait que certains accès de distribution soient parfois bloqués par des rochers à Calais ou sur le Calaisis, il renvoie la balle à la Municipalité. « Je ne suis pas la maire de Calais, qui fait pour sa part un travail important chacun le sait. Il y a des compétences municipales. Ce que je peux dire, c’est que tout ce qui est fait par l’État, l’est d’un point de vue de sécurité, de lutte contre l’immigration clandestine et d’un point de vue humanitaire. » Et Gérald Darmanin d’expliciter ce qu’il entend par l’humanité de l’État à Calais : «  Notre travail collectif ne vise pas à ce que les migrants restent à Calais car ils n’ont pas la possibilité légale d’aller en Grande-Bretagne et s’ils prennent la mer, ils risquent leur vie. C’est un acte humanitaire que les policiers et les gendarmes font lorsqu’ils les empêchent de traverser, traversées qui sont organisées par des passeurs, qui vivent de façon criminelle de la misère des gens. Notre travail à nous est aussi de pouvoir reloger ces personnes. Depuis le 1er janvier, on a hébergé dans des logements payés par la République 12 000 réfugiés qui viennent de Calais. On a diminué la pression migratoire à Calais, on a sauvé la vie d’une partie de ces gens et on a fait appel à la solidarité d’autres communes, ce qui n’est pas toujours évident. Jamais autant de moyens n’ont été mis pour accompagner les personnes migrantes, esclaves de passeurs. »

[…]

Nord Littoral


En Lien :


Fdesouche sur les réseaux sociaux