Fdesouche
TERF est l'acronyme de Trans-exclusionary radical feminist
(Féministe radicale excluant les trans)

“Tu me fais me sentir comme une personne naturelle avec un vagin”.

“Mec ! Je me sens comme une personne qui a ses règles”

“Oh, jolie personne avec un col de l’utérus”

Mes excuses à Aretha Franklin, Shania Twain et Roy Orbison, mais il semble que c’est vers cela que nous nous dirigeons si les radicaux du langage arrivent à leurs fins. Et ils y parviennent, en faisant des nœuds linguistiques à tout le monde pour ne pas offenser ou se faire démolir par la foule des médias sociaux.

L’objectif d’inclusion est louable. L’effacement des femmes ne l’est pas.

Femme” risque de devenir un gros mot… rayé du lexique officiel, éradiqué du vocabulaire médical et expurgé de la conversation.

C’est une chose désagréable à faire à la moitié de la population mondiale. Il ne faudrait pas que les personnes bien intentionnées restent muettes, de peur d’être accusées de transphobie ou d’être insensibles aux constructions de plus en plus complexes du genre.

The Lancet“, la prestigieuse et très influente revue médicale britannique, a fait figurer “Corps avec vagin” en couverture de son dernier numéro, en référence à un article sur les périodes des règles, qui passe en revue une exposition sur l’histoire des menstruations au Vagina Museum de Londres.

Une tempête a éclatée, à juste titre, avec des lecteurs indignés par la formulation. L’un d’entre eux, auteur d’ouvrages sur l’accouchement et le corps des femmes, a écrit : “Vous nous dites que vous avez remarqué que, pendant des centaines d’années, vous avez négligé et ignoré les femmes, puis, dans le même souffle, vous êtes incapable de nommer ces personnes que vous avez ignorées.”

Le rédacteur en chef du magazine s’est empressé de présenter ses excuses.

Il ne s’agit pas d’un argument contre l’auto-identification des sexes. Nous avons certainement dépassé ce stade. Il s’agit plutôt d’une évolution illicite du langage, qui consiste fondamentalement à communiquer clairement. Même si, en avançant cet argument, on finit par s’aligner inconfortablement sur les réactionnaires et les régressifs avec lesquels je n’ai aucun problème.

D’un seul coup, “The Lancet” – n’oubliez pas qu’il s’agit d’une publication médicale – a réduit la féminité, biologique ou métaphysique, à des parties purement anatomiques, ce qui constitue un renversement brutal de la campagne menée depuis un siècle non seulement pour obtenir l’égalité des droits, mais aussi pour que les femmes soient perçues comme étant plus que leur enveloppe biologique et leur enveloppe sexualisée. C’est un élément fondamental du féminisme et de l’humanisme. De plus, nous voyons, par exemple, dans la législation adoptée ou en passe de l’être aux États-Unis pour restreindre sévèrement les avortements, défaisant ainsi Roe vs. Wade, à quel point ces gains peuvent être fragiles.

L’épisode du The Lancet n’était pas un cas isolé.

L’American Civil Liberties Union a pris des libertés détestables en mutilant délibérément les paroles de la bien-aimée et brillante juge de la Cour suprême Ruth Bader Ginsburg à l’occasion du premier anniversaire de sa mort. Revenant sur les commentaires que Ginsburg avait faits lors de ses audiences de confirmation en 1980, où elle parlait du droit des femmes à obtenir un avortement, l’ACLU a unilatéralement supprimé le mot “femme” pour le remplacer par “personne“.

Le résultat est le suivant : “La décision de porter ou non un enfant est essentielle à la vie d’une (personne), à (son) bien-être et à sa dignité ….. Lorsque le gouvernement contrôle cette décision pour (les gens), (ils) sont traités comme moins qu’un être humain pleinement adulte et responsable de (ses) propres choix.

Anthony Romero, directeur exécutif de l’ACLU, a également publié par la suite un mea culpa en suppliant, promettant de ne plus jamais modifier radicalement les citations à l’avenir. Mais est-ce vraiment une leçon qu’il fallait lui faire entrer dans la tête ? Et pourtant, Romero a essayé de justifier son ingérence en prétendant que Ginsburg aurait soutenu un langage plus inclusif. Peut-être bien. J’aimerais vraiment savoir ce qu’elle aurait pu penser. Mais nous ne le savons pas et ne pouvons pas le faire, et il est scandaleux que quiconque dénature la voix de la juge.

Les femmes se font avorter. Ou, je suppose, dans le plus petit des nombres, les personnes nées avec des organes génitaux féminins qui s’identifient comme hommes ou fluides peuvent interrompre une grossesse.

Les femmes ont des bébés. Ou, dans le plus petit des nombres, les personnes nées avec des organes génitaux féminins qui s’identifient comme des hommes ou des fluides, peuvent tomber enceintes.

Pourtant, en 2016, l’Association médicale britannique a recommandé au personnel d’utiliser “personnes enceintes“, au lieu de femmes enceintes. Dans le budget 2022 proposé par l’administration Biden, les mères sont remplacées par des “personnes qui accouchent“. La représentante Cori Bush a utilisé ce terme, tandis que sa coéquipière de l’équipe du Congrès, Alexandria Ocasio-Cortez, a parlé de “personnes menstruées”.

Tout cela rappelle le point que l’auteur à succès J.K. Rowling essayait de faire, ironiquement, dans un tweet qui l’a fait matraquer par la foule : “Les gens qui ont leurs règles. Je suis sûre qu’il y avait un mot pour ces personnes. Wumben ? Wimpund ? Woomud ?

Rowling a été qualifiée de TERF – les militants aiment bien leurs néologismes -, c’est-à-dire de féministe radicale trans-exclusive. Comme si elle était hostile au mouvement trans, ce qu’elle n’est assurément pas. Certaines librairies ont retiré son œuvre de leurs rayons. Si elle n’était pas un auteur qui vend des milliards de livres, Rowling aurait pu perdre son éditeur.

En Grande-Bretagne, où, selon les chiffres du gouvernement, environ 680 000 personnes ne s’identifient pas au sexe qui leur a été assigné à la naissance, les sages-femmes des hôpitaux universitaires de Brighton et Sussex ont reçu l’ordre de commencer à utiliser des termes tels que “lait de poitrine“, au lieu de lait maternel. Apparemment, cette décision a été prise parce que certains hommes transgenres qui accouchent et allaitent leurs bébés ont été choqués de se voir rappeler ce qu’ils faisaient avec ces appendices féminins en train d’être allaités. Bien que le mot “sein” soit un terme non sexiste, puisque les deux sexes en ont et que tous deux peuvent développer un cancer du sein.

Tout ceci est un phénomène résultant directement de l’activisme transgenre devenu incontrôlable.

Je comprends la passion pour la refonte de la langue, pour améliorer l’équité entre les sexes et les LGBT, pour minimiser la “saillance mentale cognitive” des mâles.

Le mouvement a connu un succès spectaculaire dans l’Ouest progressiste, bien que l’anglais ne soit pas aussi fortement genré que l’italien ou le français, par exemple. Vraiment, bravo pour une entreprise qui a donné une voix et un pouvoir à un groupe démographique historiquement opprimé, horriblement façonné et soumis de manière disproportionnée à la violence !

Le Merriam-Webster a été le premier dictionnaire à ajouter les pronoms neutres “they” et “themself” pour désigner une personne dont “l’identité de genre est non-binaire”.

Mais ces exemples vont bien au-delà de l’insistance sur les pronoms neutres, dans une orbite extérieure de la linguistique où les femmes, en tant que genre, et “femme” en tant que substantif sont effacés.

Il y a plus qu’un soupçon de misogynie dans tout cela. Pourquoi “femme” est-il le mot interdit et pas “homme” ? Pourquoi pas “personnes qui urinent debout” ou “personnes qui éjectent du sperme” ?

Il y a certainement des mots – ce sont surtout des insultes – qui ne sont plus acceptables. “Femme” ne devrait pas en faire partie.

Le champ de bataille de la langue s’est transformé en un champ de bataille d’agendas.

Je suis une femme et je rugis.

The Star


Fdesouche sur les réseaux sociaux