Fdesouche

Azzédine Taïbi, le maire communiste de Stains (Seine-Saint-Denis) a voulu marquer fortement les soixante ans de la répression sanglante des manifestants algériens à Paris le 17 octobre 1961, en lançant un appel partagé par onze autres maires de gauche, dont dix d’Île-de-France. Il a également inauguré une fresque en hommage aux victimes.

Les signataires sont essentiellement PCF, mais aussi PS et Génération.s. On retrouve les municipalités de Bobigny, L’Île-Saint-Denis, La Courneuve, Saint-Denis, Montreuil en Seine-Saint-Denis, Grigny (Essonne), Gennevilliers et Nanterre (Hauts-de-Seine), Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne) et Trappes (Yvelines). S’ajoute Allonnes dans la Sarthe. L’appel propose aussi d’inscrire le 17 octobre dans le calendrier des cérémonies officielles et demande d’ouvrir toutes les archives autour de la Guerre d’Algérie. […]

Stains, le 17 octobre 2021. Une fresque en hommage aux victimes du 17 octobre 1961 a été inaugurée ce dimanche par le maire, Azzédine Taïbi qui par ailleurs cosigne un appel avec d’autres maires franciliens pour demander la reconnaissance du massacre en crime d’Etat.

Azzédine Taïbi, d’origine algérienne, est lui-même touché dans son histoire personnelle : «J’ai su bien plus tard que mon père avait à cette époque manifesté. C’est une affaire française et pas qu’algérienne, tout le monde est concerné».

Le Parisien


Fdesouche sur les réseaux sociaux