Fdesouche

16/10/21

En mai dernier, au Royaume-Uni, un enseignant, B. Denville, avait dû fuir après avoir montré des caricatures de Mahomet en cours. Même s’il a été blanchi par une enquête indépendante, il a disparu des radars et aucune institution officielle ne souhaite communiquer sur le sujet.

[…]

Craignant pour sa vie, celui-ci n’est pourtant pas revenu à l’école. Qu’est-il devenu ? Difficile de le savoir. Le sujet est parfois évoqué par certains éditorialistes, principalement dans le journal conservateur The Telegraph, mais personne ne semble vraiment s’intéresser aux conséquences sur sa vie. Est-il considéré comme chanceux d’avoir survécu, contrairement à Samuel Paty, dont l’anniversaire de la mort n’a pas été traité dans les médias britanniques ?

A-t-il repris un emploi de professeur ailleurs ? Se cache-t-il toujours ? Personne ne s’attarde sur le sujet. Le ministère de l’Éducation britannique a refusé de répondre à ces questions, estimant que cela ne relevait pas de son ressort. L’école est aux abonnés absents, tout comme le syndicat de l’éducation, tous deux contactés.

La dernière information sur cette affaire concerne l’imposition d’un « avertissement » par le régulateur des associations caritatives à Purpose Of Life, l’organisation d’obédience musulmane à l’origine de la cabale. Le régulateur avait réclamé des changements immédiats à cet organisme et un suivi du comportement de ses membres sans quoi « d’autres actions réglementaires pourraient être prises ».

[…]

Marianne


27/05/21

Une enquête indépendante a révélé que l’enseignant n’avait pas l’intention d’offenser en montrant l’image.

L’école a déclaré qu’elle offrirait davantage de conseils et de formation au personnel.

L’enquête a révélé que l’image avait été montrée à plusieurs reprises à des élèves pendant des cours au début de l’année.

Dans un résumé du rapport, le trust a déclaré que le personnel enseignant “croyait sincèrement que l’utilisation de l’image avait un but et un avantage éducatif“.

Cependant, le trust a reconnu que l’utilisation de l’image a causé une “profonde offense” à un certain nombre d’étudiants, de parents et de membres de la communauté scolaire, ajoutant qu’il “regrette profondément la détresse” causée.

Elle a ajouté : “Les conclusions sont claires, le personnel enseignant impliqué n’a pas utilisé la ressource dans l’intention de causer une offense, et les sujets couverts par la leçon auraient pu être efficacement abordés d’autres manières. À la lumière de ces conclusions, les suspensions mises en place pendant que l’enquête était en cours vont maintenant être levées.”

Le syndicat de l’éducation nationale a déclaré qu’il était “heureux que la bonne décision ait été prise” suite à la levée de la suspension.

Un porte-parole du ministère de l’Éducation a déclaré que les parents, les familles et la communauté locale devraient “saluer et soutenir le plan global du trust pour renforcer sa surveillance du programme scolaire“.

Cependant, dans une déclaration, le Batley Parents and Community Partnership (BPCP), a déclaré que bien qu’il “reconnaisse et accueille favorablement les leçons apprises“, il était “déçu par le manque de clarté, de transparence et de justification de certaines des conclusions

Selon la déclaration, “étant donné le contexte de cette caricature“, le rapport “n’explique pas comment il est possible que les enseignants n’aient pas eu conscience de l’offense qu’elle pouvait causer“.

Le groupe a également affirmé que les représentants étaient censés avoir “joué un rôle actif” dans l’enquête et la rédaction du rapport, ce qui, selon lui, “n’a pas eu lieu“.

La déclaration ajoute que les parents et la communauté au sens large doivent “se réunir calmement” pour examiner les prochaines étapes.

BBC


01/04/21

Deux autres enseignants ont été suspendus, car ils savaient que le professeur allait montrer aux élèves une image du prophète Mahomet à la Batley Grammar School.

Cela porte à trois le nombre total d’enseignants faisant l’objet d’une enquête pour l’incident au cours duquel la caricature controversée a été montrée pendant une leçon de religion.

Les trois membres du personnel de l’école du West Yorkshire ont été suspendus en même temps lorsqu’un élève de 9 ans s’est plaint à ses parents.

L’enseignant, âgé d’une vingtaine d’années et dont le nom n’est pas divulgué, s’est caché avec sa compagne et leurs quatre enfants après avoir reçu des menaces de mort. Le directeur de l’école, Gary Kibble, a rapidement annoncé qu’il avait été suspendu dans l’attente d’une enquête.

Mais l’école a tenté de taire l’implication de deux autres enseignants afin de repousser les critiques d’une défaillance plus large dans la façon dont la leçon controversée a été donnée. Tous deux sont décrits comme étant expérimentés dans la profession d’enseignant.

Une source de l’école a déclaré au MailOnline que le débat sur le blasphème faisait partie du programme scolaire, mais que M. Kibble et la hiérarchie de l’école n’avaient pas autorisé la diffusion de la caricature. Un élève musulman a été offensé par la leçon et ses parents ont porté plainte.

Une source a confirmé au MailOnline : ” Deux autres enseignants font également l’objet d’une enquête, mais l’école a essayé de garder le secret parce qu’elle ne veut pas que l’attention soit attirée sur le fait que cela va au-delà des actions d’une seule personne. Ils n’étaient pas dans la classe à ce moment-là mais savaient que du matériel offensant allait être utilisé, affirme-t-on.

La source a également confirmé que la caricature montrée aux élèves qui a provoqué la dispute était tirée du journal satirique français Charlie Hebdo et représentait le prophète Mahomet portant une bombe au lieu d’un turban sur la tête.

La source a ajouté : “Le blasphème figure dans le programme scolaire et des images ont déjà été utilisées par les enseignants. Mais pas celle-ci. C’était la première fois que cette image particulière était montrée pendant un cours.

Le directeur de l’école, Gary Kibble, a présenté ses excuses aux parents pour l’utilisation “inappropriée” de ces caricatures.

DailyMail


30/03/21

Le National Education Union, dénommé syndicat national de l'éducation, est un syndicat au Royaume-Uni qui regroupe les enseignants, les professeurs de formation continue, le personnel d'appui à l'éducation et les assistants d'enseignement

Le National Education Union soutient pleinement tous les membres de l’école Batley Grammar, alors que l’enquête de l’école se poursuit. Pour leur bien, pour leurs familles, pour le personnel et les étudiants, nous voulons que cela se passe dans une atmosphère calme. Nous travaillons pour résoudre se problème plutôt de l’enflammer. Nous invitons tout le monde à le faire également.


29/03/21

Les protestations se poursuivent devant la Batley Grammar School.

Les parents de la Batley Grammar School ont appelé au calme dans le cadre d’une dispute concernant un enseignant qui a montré aux élèves une caricature du prophète Mahomet.

Une pétition de soutien à l’enseignant, qui s’est excusé après avoir montré la caricature, dont on dit qu’elle est tirée du journal satirique français Charlie Hebdo, a recueilli plus de 60 000 signatures.

Dimanche, Yunus Lunat, porte-parole du Batley Parents And Community Partnership, a déclaré que l’enseignant n’avait pas réalisé que l’image était “chargée d’islamophobie”.

Il a déclaré : “Nous croyons que dans une société démocratique, chacun détient un droit d’opinion et d’expression, cependant, en tant que parents et citoyens, nous croyons également que ces droits s’accompagnent de responsabilités.

“En tant que parents et citoyens, nous sommes résolus à ce que nos enfants puissent aller à l’école sans que leur foi – qui est protégée par la loi – ou leur culture soient ridiculisées, insultées ou diffamées.”

Independent


28/03/21

Al-Azhar a dénoncé, samedi, l’exhibition de caricatures insultantes envers le prophète Mohammed, au Royaume Uni.

L’Observatoire d’Al-Azhar pour la lutte contre l’extrémisme a indiqué, dans un communiqué, qu’“un enseignant de la Batley Grammar School au Royaume Uni a exhibé des caricatures insultantes envers le prophète Mohammed”.

L’Observatoire a souligné que “ce comportement est un acte honteux, un discours de haine et une provocation injustifiée des sentiments de près de deux milliards de musulmans dans le monde.”

Exprimant son “total rejet et son refus de voir ces incidents se répéter”, l’observatoire a souligné qu’ils “sont devenus l’incarnation claire d’un grave défaut dans ces sociétés.”

AA.com



Jamal Al-Terk, marié et père de trois enfants, qui vit à côté de l’enseignant depuis huit ans, a déclaré : “Il n’est pas du tout islamophobe. Il doit s’agir d’un malentendu. Je doute qu’il ait montré ces photos délibérément pour offenser”.

Jamal Al-Terk affirme que le professeur impliqué dans la polémique concernant la caricatures de Charlie Hebdo lui a donné des cartes pour l’Aïd et a distribué des bonbons halal à ses enfants.

DailyMail


27/03/21

L’enseignant suspendu « a défendu son droit à la liberté d’expression lors d’un appel téléphonique houleux avec le père de l’élève musulman » 

Le parent musulman a demandé à parler à l’enseignant après le retour de son fils de 9 ans de l’école et lui a rapporté l’affaire.

Lorsque l’enseignant a rappelé le père, il lui a dit qu’il avait prévenu ses élèves que certains trouveraient la caricature choquante, mais que son but était de poser une question à sa classe. Il pensait avoir “raison” de montrer cette caricature qui a offensé les musulmans du monde entier.

Il voulait discuter de la question de savoir si c’était le dessinateur qui était à blâmer ou les terroristes qui avaient commis des meurtres à cause de cette caricature en France après que le magazine satirique Charlie Hebdo l’ait publiée.

Le père en colère a déclaré que l’enseignant n’a pas semblé s’excuser lorsqu’il lui a dit que montrer la carricature à son fils était offensant et qu’il s’est montré “arrogant”. L’enseignant a demandé au père d’exprimer ses inquiétudes à un autre membre du personnel.

Dans un message de groupe Whatsapp, partagé par des parents musulmans et des manifestants qui ont manifesté devant l’école, et vu par Mail Online, le père a déclaré : “Il aurait dû être mieux informé. J’ai dit que je n’étais pas content de ses actions et qu’il avait offensé la communauté. Il aurait dû se méfier, après tout, ces images ont provoqué un scandale international. Il ne s’est pas excusé et a répondu de manière arrogante que ce qu’il avait fait était juste. Il a déclaré qu’il savait que certains élèves le diraient à leurs parents”.

Mais l’enseignant suspendu, qui a présenté ses excuses, a été contraint de quitter son domicile et de se cacher avec sa famille.

Une source qui a un lien de parenté avec l’un des administrateurs de l’école a déclaré au Mail Online : “L’intimidation généralisée est la raison pour laquelle peu de gens parlent au nom de l’enseignant et demandent à ne pas être identifiés.”

DailyMail


26/03/21

Depuis jeudi 25 mars au matin, un professeur de religion britannique est en fuite. Cet enseignant, en poste depuis près de trente ans à la Batley Grammar School, dans la banlieue de Leeds (centre de l’Angleterre), a dû quitter son domicile avec sa compagne et demander protection à la police. Il est menacé et son nom circule sur les réseaux sociaux. […]

 « le professeur enseignait lors de ce cours le racisme et le blasphème. Il avait prévenu les élèves avant de montrer les images » […]

dans une ville où les musulmans représentent 41 % de la population […]

Quant au ministre en charge des communautés, Robert Jenrick, il s’est dit « choqué » de voir « des enseignants ou des membres du personnel des écoles qui se sentent intimidés ». « Les informations selon lesquelles un enseignant peut même se cacher sont très inquiétantes », a-t-il reconnu.

La Croix


Blasphème ? Saloperie de blasphème. On est en 2021, putain de merde.
Et ensuite ? Des gens punis pour avoir insulté des licornes ?

Ricky Gervais

YorkshireLive



Une pétition en faveur du professeur a vu le jour :
Gardez l’enseignant RS à batley Grammar School


Malgré la fermeture de l’école aujourd’hui, des manifestations ont eu lieu devant le Batley Grammar School toute la matinée :


Batley Grammar School a été fermé aujourd’hui après que plus de 50 musulmans sont retournés pour exiger le licenciement de l’enseignant.

L’enseignant est un joueur de rugby amateur, âgé d’une vingtaine d’années, est un “garçon costaud du Yorkshire” qui avait suivi une formation pour enseigner au milieu des années 2010 après être allé à l’université dans le nord de l’Angleterre. Il vit désormais dans le quartier proche de son école du West Yorkshire avec sa compagne et est désormais sous protection policière.

Dailymail


Gavin Williamson est intervenu jeudi soir, un porte-parole du ministère de l’Éducation affirmant : « Il n’est jamais acceptable de menacer ou d’intimider les enseignants. Nous encourageons le dialogue entre les parents et les écoles lorsque des problèmes surgissent. »

« Toutefois, la nature des protestations que nous avons vues, y compris les menaces et la violation des restrictions relatives au coronavirus, sont totalement inacceptables et doivent cesser. »

« Les écoles sont libres d’inclure une gamme complète de questions, d’idées et de matériel dans leur programme d’études, y compris lorsqu’elles sont difficiles ou controversées »

« Ils doivent trouver un équilibre entre cela et la nécessité de promouvoir le respect et la tolérance entre les personnes de confessions et de croyances différentes, y compris en décidant quels matériaux utiliser en classe. »

Le Dr. Abdul Shaikh, un universitaire local à Batley et militant musulman, a déclaré qu’il avait entendu parler de l’incident sur les médias sociaux mercredi soir :

« J’ai été choqué comme beaucoup de musulmans dans la ville que les sensibilités religieuses des écoliers musulmans ont été complètement ignorées par l’enseignant qui a décidé de montrer une image offensante de notre noble prophète Mahomet. »

« Je pense que l’école devrait être autorisée à terminer son enquête en temps voulu et à trouver une solution juste et adéquate qui satisfasse d’abord et avant tout les élèves musulmans, leurs parents et l’ensemble de la communauté musulmane de Batley. »

« Cette situation ne devrait pas se reproduire au nom de la cohésion communautaire dans la région. »

Qari Asim, imam principal à la mosquée de la Mecque à Leeds, a déclaré : « Je sympathise avec les parents et les élèves parce que malheureusement, ce n’est pas la première fois que nous voyons des images offensantes du prophète Mahomet utilisées. »

Stephen Evans, directeur général de la National Secular Society, a déclaré : « Les enseignants doivent avoir un degré raisonnable de liberté pour explorer des sujets sensibles et permettre aux élèves d’y réfléchir de façon critique.»

[…]

Evening Standard


25/03/21


Royaume-Uni – Un enseignant a été suspendu après avoir montré des images du journal satirique français Charlie Hebdo représentant le prophète Mahomet.

(…)

Le mufti Mohammed Amin Pandor, l’un des responsables communautaires qui a rencontré la direction de l’école, a déclaré aux manifestants que l’école avait compris que ce qui s’était passé était “totalement inacceptable”.

“Nous avons demandé une enquête, une enquête indépendante, et nous avons également demandé que certains d’entre nous fassent partie du comité d’enquête”, a déclaré M. Pandor aux autres manifestants.

“Nous allons travailler avec l’école pour faire en sorte qu’à l’avenir des choses comme ça ne se reproduisent jamais.”

The Guardian



Des parents furieux manifestent devant la Batley Grammar School, dans le West Yorkshire, après qu’un enseignant aurait montré une caricature du prophète Mahomet pendant un cours.

Les parents veulent que l’enseignant de l’école Batley Grammar, dans le West Yorkshire, démissionne ou soit licencié.

L’école a retardé le début de la journée scolaire jusqu’à 10 heures en raison de la “perturbation” et a conseillé aux élèves de rester chez eux jusque-là.

L’école s’est excusée pour l’usage dans la leçon d’un outil “complètement inapproprié”, le chef d’établissement Gary Kibble a déclaré : “L’école souhaite remercier les parents qui nous ont contactés le 22 mars pour nous faire part de leurs inquiétudes quant au document utilisé ce jour-là dans le cadre d’un cours sur les religions”

M. Kibble a déclaré que l’école prendra des “mesures immédiates” qui impliqueront le retrait du document offensant et la suspension du contenu de la leçon.

A titre de précaution supplémentaire, il y aura également un examen formel du programme scolaire sur les religions pour s’assurer qu’aucun autre document ou déclaration ne soit inapproprié.

L’e-mail se conclut par : “L’école enquête sur cette affaire en utilisant des procédures formelles et nous sommes reconnaissants pour le soutien de l’autorité locale.”

The Mirror


Fdesouche sur les réseaux sociaux