Fdesouche
https://www.revue-elements.com/produit/la-societe-de-surveillance/

Un syndicat représentant les universitaires a réaffirmé son engagement à permettre à ses membres de s’identifier comme noirs, handicapés ou femmes.
La branche d’Edimbourg de l’University and College Union (UCU) a publié un message sur

Twitter : “Un rappel de la position ferme de l’UCU en faveur de l’inclusion des trans. La libération ne peut se construire sur l’exclusion“.

Il contenait un lien vers un document de politique approuvé par le syndicat britannique, qui stipule que “L’UCU permet depuis longtemps à ses membres de s’identifier, qu’ils soient noirs, handicapés, LGBT+ ou femmes.

L’UCU soutient un modèle social, plutôt que médical, de reconnaissance du genre qui contribuera à remettre en question les stéréotypes répressifs liés au genre sur le lieu de travail et dans la société.


Un membre du personnel de l’université d’Édimbourg, qui a demandé à ne pas être nommé par crainte de représailles, a affirmé que les militants des droits des trans au sein du syndicat cherchaient à “militariser” la question et à évincer les universitaires qui exprimaient leur scepticisme à l’égard du concept d’auto-identification.

La branche est utilisée comme une plateforme pour une croisade idéologique, sans aucune résistance de la part de la direction de l’Université d’Edimbourg”, ont-ils déclaré.

Robert Davis, professeur d’éducation religieuse et culturelle à l’université de Glasgow, a commenté sur Twitter : “Rachel Dolezal était-elle membre [de l’UCU] ? Cela lui aurait évité bien des tracas“.

Dolezal, professeur d’université américaine, a été licenciée en 2015 après qu’il a été révélé qu’elle se faisait passer pour une Afro-Américaine.

Elle a enseigné les études africaines à l’Eastern Washington University et a été présidente d’une branche d’une organisation noire de défense des droits civiques.

Elle a admis être “biologiquement née de parents blancs” après que sa mère et son père ont présenté son certificat de naissance à un journal. Elle s’identifie désormais comme étant “transraciale” et s’appelle Nkechi Amare Diallo.

Hilaria Baldwin, épouse d’Alec Baldwin, l’acteur hollywoodien, a insisté sur le fait qu’elle était originaire d’Espagne dans des dizaines d’interviews et parlait avec un accent ibérique.

Cette année, Oli London, un influenceur et chanteur anglais, a fait face à des critiques après avoir prétendu s’identifier comme Coréen et avoir subi une chirurgie des paupières et du nez.

En juillet, le professeur Braden Hill, de l’université Edith Cowan, un Australien aborigène, a coécrit un essai qui critiquait le “transracialisme”, écrivant : “Il y a une différence entre affirmer son genre en tant que personne trans et choisir de vivre et de s’approprier une autre culture.

James McEnaney, professeur de collège, auteur et commentateur de l’éducation écossaise, a défendu la position du syndicat. S’adressant aux critiques de l’auto-identification, il a écrit : “Allez-vous apporter votre tableau des races pour décider qui peut s’appeler quelle race ?
Voulez-vous qu’ils fassent une évaluation d’invalidité Atos [une évaluation de la capacité de travail] avant de soutenir les membres handicapés ?

Un porte-parole de l’UCU a déclaré : “L’auto-identification n’est pas nouvelle et constitue une pratique courante au Royaume-Uni. Les adultes s’identifient régulièrement lorsqu’ils accèdent aux services gouvernementaux nationaux et locaux, au NHS, et lorsqu’ils postulent à un emploi ou remplissent le recensement.”

En juin, Ann Henderson, ancienne rectrice de l’université d’Édimbourg, a déclaré qu’elle craignait pour sa sécurité sur le campus après que des étudiants l’aient faussement accusée de transphobie. Neil Thin, 60 ans, maître de conférences, s’est retiré de l’enseignement à l’université d’Édimbourg cette année après que des militants du campus ont affirmé qu’il avait exprimé des opinions “problématiques” sur les médias sociaux et qu’il avait pénalisé les candidats qui l’avaient contesté. Il a été innocenté après une enquête de huit semaines.

The Times


Fdesouche sur les réseaux sociaux