Fdesouche
https://www.revue-elements.com/produit/la-societe-de-surveillance/

Le nombre de demandeurs d’asile moldaves augmente rapidement, mais leurs demandes sont rejetées. Le ministère de l’intérieur met en garde contre les abus et le trafic d’asile.

Le nombre de demandeurs d’asile originaires de Moldavie ayant augmenté rapidement à Berlin au cours des derniers mois, le ministère fédéral de l’intérieur dirigé par l’Union et le groupe parlementaire CDU de la Chambre des représentants de Berlin mettent en garde contre les abus en matière d’asile. Pourtant, personne ne sait vraiment ce qui se passe : Le soupçon de contrebande et d’abus systématique des avantages est dans l’air.

Le chef du groupe parlementaire CDU, Burkard Dregger, accuse même la sénatrice d’intégration Elke Breitenbach (Parti de gauche) de détournement de fonds. Et ce, parce que Berlin a dévié des lignes directrices lors de la pandémie de Corona et a versé des fonds d’approvisionnement aux Moldaves pendant trois mois au lieu d’un. Lundi, la commission de l’intérieur de la Chambre des représentants s’est également penchée sur le problème.

Ce faisant, la CDU rouvre également un différend vieux de plusieurs décennies en matière de politique des réfugiés, peu avant les élections à la Chambre des députés. Les prestations en nature – nourriture, soins – ne devraient-elles pas être suffisantes pour les personnes qui doivent de toute façon quitter le pays ou qui sont expulsées ? Ou bien la coalition rouge-rouge-vert, ici surtout la gauche, crée-t-elle des incitations inutiles pour les réfugiés économiques par le biais de versements en espèce, qui en profitent également – aux frais du contribuable ?

Une note des employés de l’Office d’État pour les affaires des réfugiés (LAF) rapportée par RBB dit aussi : “Les familles nombreuses de Moldavie, souvent composées de 10 personnes, reçoivent jusqu’à 4500 euros en espèces le premier jour (…). La joie à ce sujet est énorme et immédiatement toutes les connaissances sont contactées pour en parler.” On signale également que des véhicules portant des plaques d’immatriculation polonaises ou lituaniennes de l’UE déposent des Moldaves à Berlin. Certains Moldaves auraient déjà demandé l’asile dans d’autres États de l’UE, comme la France.

S’agit-il donc d’un détournement ciblé des prestations sociales ? Les chiffres sont clairs. Le ministère fédéral de l’intérieur y fait également référence. Le secrétaire d’État Helmut Teichmann a donc envoyé une lettre à Breitenbach à la fin du mois d’août. Il parle d’une augmentation du nombre de demandeurs d’asile en provenance de Moldavie de 367 % au deuxième trimestre 2021, mais aussi de l’acceptation des prestations sociales des réfugiés : dans ce contexte, “en aucun cas“, il ne faut “sous-estimer l’abus de notre système d’asile par des migrants n’ayant pas besoin de protection (…)“.

Le secrétaire d’État Helmut Teichmann fait allusion au fait que Berlin a versé des prestations en espèces de trois mois au lieu d’un mois, comme le stipule la loi. Dans sa lettre au sénateur Breitenbach de Berlin chargé de l’intégration, le secrétaire d’État parle d’un “développement problématique de la migration irrégulière en provenance de la République de Moldavie“. Toutes les agences impliquées aux niveaux fédéral et étatique sont “conscientes de la grande importance de la lutte contre les abus en matière d’asile et de prestations“.

Le ministère fédéral de l’intérieur “s’efforce de lutter contre toutes les formes d’abus d’asile et de criminalité liée au trafic de migrants“. En même temps, Teichmann prévient que “les profits des contrebandiers seront augmentés“. Les avances de prestations en espèces versées par le Land de Berlin pendant trois mois sont “prédestinées à exercer une attraction indésirable sur les migrants n’ayant pas besoin de protection et les bandes organisées de passeurs“.

En fait, le nombre de demandeurs d’asile moldaves à Berlin a augmenté rapidement au cours de l’été – même si les demandes d’asile des Moldaves ne reçoivent pas de décisions positives. En avril, il y avait 140 demandes dans tout le pays, en août déjà 951 par des personnes de Moldavie. De janvier à août, les statistiques de l’Office fédéral des migrations et des réfugiés (BAMF) font état d’un total de 2622 demandes émanant de Moldaves. Ils n’ont aucune chance d’être reconnus comme demandeurs d’asile.

Au cours de la période allant de janvier à août 2021, 2255 décisions ont été prises à l’échelle nationale concernant les demandes d’asile des demandeurs d’asile de Moldavie“, a déclaré le BAMF (Office fédéral des migrations et des réfugiés) au Tagesspiegel.Aucune protection n’a été accordée dans aucune de ces procédures.

Selon la situation juridique actuelle, il n’y a tout simplement aucune raison de demander l’asile. Selon le gouvernement allemand, il n’y a ni répression ciblée de l’État ni répression par d’autres autorités en raison de la religion, de la nationalité, des opinions politiques ou de l’appartenance à un groupe social ou ethnique. Mais le gouvernement fédéral parle aussi d’une situation économique et sociale difficile en Moldavie, l’hôpital pauvre de l’Europe, ce qui entraîne une forte pression migratoire.

“La durée moyenne des procédures est actuellement de 1,2 mois”.

146 euros d’argent de poche par mois ont été versés à l’avance pour trois mois lors de la pandémie de Corona, et non pour un seul mois comme l’exige la loi. La CDU soupçonne que les Moldaves ne sont attirés ici que par la situation de Berlin – et parce qu’ils obtiennent facilement de l’argent.

Berlin ne dispose pas non plus d’un centre d’ancrage comme les Bavarois. À Berlin, les Moldaves viennent d’abord au premier logement, reçoivent de la nourriture et un lit. Pendant la pandémie, ils ont reçu de l’argent de poche pour trois mois à l’avance – soit 438 euros par personne. Lorsqu’ils arrivent dans un logement partagé où ils doivent se nourrir eux-mêmes, le tarif mensuel est de 328 euros.

Une circonstance qui témoigne de l’effet de leurre : les demandeurs d’asile, dont les demandes n’ont aucune chance d’aboutir, reçoivent l’argent pendant trois mois, bien que le traitement des demandes soit beaucoup plus court et que le départ soit le plus souvent ordonné avant l’expiration des trois mois. “La durée annuelle moyenne des procédures, du dépôt de la demande à la décision, pour les premières demandes et les demandes ultérieures des citoyens de la République de Moldavie, est actuellement de 1,2 mois“, a annoncé le BAMF. En moyenne, pour toutes les procédures et tous les pays d’origine, le délai est beaucoup plus long – actuellement trois mois.

Lundi, la commission de l’intérieur a traité une motion du groupe parlementaire CDU ; outre le sénateur de l’intérieur Andreas Geisel (SPD), le sénateur Breitenbach était également présent. Le cœur de la motion : retour aux prestations en nature, paiements en espèces uniquement pour un mois maximum et hébergement des réfugiés dans des centres de premier accueil – jusqu’à leur expulsion.

Der Tagesspiegel


Fdesouche sur les réseaux sociaux