Fdesouche
https://www.revue-elements.com/produit/la-societe-de-surveillance/

16/09/2021

Ismaël, son père

Reconnaissant les dégradations dont il est accusé, l’enfant de douze ans témoigne en compagnie de son père qui envisage désormais de quitter le Villeneuvois.

« Il est temps de parler. » Mercredi 15 septembre, Ismaël C., 44 ans, a décidé de contre-attaquer « pour protéger » son fils, dont les délits et incivilités perturbent le quotidien du village de Lacaussade depuis quelques semaines. « Je ne nie pas les dégradations, je ne les cautionne pas. Mais il faut savoir que je prends les réparations à ma charge. Le maire le sait. »

« Un polisson »

Pour lui, son fils âgé de 12 ans est « un polisson », rien de plus. « Il n’a tué personne, vous savez. Maintenant, on l’accuse de tout. Il vit tout ça très mal et nous avec. Il n’a menacé personne avec un couteau ce week-end. C’est un gamin en face de lui qui a sorti un couteau lui expliquant qu’il se méfiait désormais de mon fils. Tout simplement. »

Maintenant, on l’accuse de tout. Il vit tout ça très mal et nous avec.

Pour ce père de sept enfants, tout est parti de l’addiction de son fils aux jeux vidéos violents, déconseillés aux mineurs, qui lui aurait causé « un traumatisme. C’est pourquoi j’ai tout fait il y a deux semaines avec l’assistance sociale et une addictologue pour le soigner. Il avait besoin d’être pris en charge, j’ai agi en ce sens. »

Sud-Ouest

Depuis cet été, un adolescent enchaîne délits et incivilités dans le village. Malgré l’alerte lancée par le maire, et la visite régulière de gendarmes, il s’est encore illustré samedi 11 septembre, couteau à la main…

(…) Sud Ouest

Reconnaissant les dégradations dont il est accusé, l’enfant de douze ans témoigne en compagnie de son père qui envisage désormais de quitter le Villeneuvois.

Le père, préférant protéger son fils, a accepté de poser en photo et de témoigner sur cette affaire qui secoue le village

« Il est temps de parler. » Mercredi 15 septembre, Ismaël C., 44 ans, a décidé de contre-attaquer « pour protéger » son fils, dont les délits et incivilités perturbent le quotidien du village de Lacaussade depuis quelques semaines.

(…) Sud Ouest


28/08/2021

Il a 12 ans et sème la zizanie dans tout le village. À Lacaussade, ces derniers jours, les gendarmes se sont relayés au chevet de ce village de 220 habitants, « normalement calme », insiste le maire Jean-Paul Destieu. Réélu en 2014, l’édile doit faire face en ce moment à « une pression » de ses administrés, ulcérés par les nombreuses incivilités et dégradations commises par un adolescent « non maîtrisé par ses parents, décrit le maire. Il y a déjà eu des plaintes déposées. Nous, à la mairie, nous nous sommes arrangés à l’amiable avec le père, qui est forcément désolé par ce qui se passe ».

Des baies vitrées cassées à coups de Airsoft, un drapeau bleu blanc rouge dérobé lors du 14-Juillet, une moto volée et une caméra de surveillance fracassée chez un particulier, la fenêtre de la sacristie brisée, « et même des cailloux jetés sur les automobilistes empruntant la Départementale au niveau d’un rond-point… Et ce garçon de 12 ans entraîne aussi ses deux petits frères [il s’agit d’une famille de sept enfants, NDLR]. »

Un jour, il va tomber sur quelqu’un qui pourrait se faire justice lui-même

Le Maire

Regrettant de n’avoir aucun levier, se sentant « impuissant », Jean-Paul Destieu tente de calmer sa population. « Je leur explique que je ne peux virer des familles comme ça. On n’a pas de loi pour cela, d’autant que le loyer est payé au propriétaire. Mais j’ai espoir que cela bouge. Les gendarmes de Penne-d’Agenais, venus mercredi 25 août, ont contacté l’OPJ [Officier de police judiciaire, NDLR]. »

[…]

Sud-Ouest

(Merci à J)


Fdesouche sur les réseaux sociaux