Fdesouche

L’Afghanistan est revenu dans notre conscience collective après le 11 septembre.

Publicité

Avant cela, c’était un endroit dont on ne se souvenait qu’à moitié : une partie de la piste des hippies, une partie de L’Ours est passé par-dessus la montagne – une pièce de théâtre de la guerre froide, avec des soupçons de Kim ou de Flashman, de Les cavaliers de Joseph Kessel ou de Light Garden of the Angel King de Peter Levi : Voyages en Afghanistan avec Bruce Chatwin.

Aujourd’hui, nous nous souvenons tous de cette matinée ensoleillée de septembre, il y a 20 ans – un mardi, huit jours après la fête du travail – alors que presque personne ne s’attendait à une attaque contre le continent américain venue de l’Hindu Kush.

Les quelque 3 000 vies perdues dans deux tours de Manhattan, un champ de Pennsylvanie et le Pentagone de Washington ont ramené l’Afghanistan dans le collimateur.

Ou presque.

Oui, l’OTAN a invoqué l’article cinq – la disposition “tous pour un” du traité de l’Atlantique Nord. Le Conseil de sécurité de l’ONU a même autorisé le recours à la force à l’unanimité. Le monde entier a envoyé de l’aide et un soutien institutionnel. Plus d’un million de militaires américains et d’autres membres et partenaires de l’OTAN ont servi.

Mais voilà, les troupes sont parties, les talibans et Al-Qaïda sont de retour. Le désastre a frappé avec une vengeance. Le désastre a frappé de plein fouet Un héritage d’action collective, de légitimité restaurée et de libertés espérées est irrémédiablement perdu.

Que s’est-il passé ?

La guerre d’Afghanistan n’a pas commencé par des frappes aériennes et des agents de la CIA en octobre 2001. L’agression extérieure est une réalité ininterrompue pour l’Afghanistan depuis 50 ans.

Elle a commencé avec les élections générales de 1970 au Pakistan, qui ont déclenché des troubles au Pakistan oriental que l’armée pakistanaise a ensuite violemment réprimés.
Au lieu d’appeler à la retenue, le président de l’époque, Richard Nixon, et son conseiller à la sécurité nationale, Henry Kissinger – qui se servait alors du Pakistan comme d’un canal secondaire vers la Chine – ont répondu par un “silence assourdissant“.

Après l’invasion soviétique en 1979, les Soviétiques ont équipé les armées de guérilla grâce aux largesses américaines et saoudiennes. Lorsque les Soviétiques sont partis, les largesses américaines se sont taries, mais le Pakistan a continué le combat, fondant Al-Qaida comme nouvelle source de revenus.


Lorsque les moudjahidines se sont chamaillés, se sont massacrés les uns les autres et ont massacré d’innombrables civils après avoir pris Kaboul en 1992, le Pakistan a fondé les talibans comme nouveau moyen de dominer l’Afghanistan.

Le tandem Taliban/Al-Qaida a dûment pris Kaboul, mais a également attaqué Nairobi, Dar es Salaam et l’USS Cole au Yémen. Huit ans avant le 11 septembre, en 1993, ils ont tenté pour la première fois de faire tomber le World Trade Center à l’aide d’explosifs placés sous celui-ci.

Même après le 11 septembre, Al-Qaida a lancé des attaques majeures à Bali, Casablanca, Istanbul, Madrid, Londres, Amman, Alger et Islamabad même.

Le Pakistan a continué le combat

Aujourd’hui, les talibans et Al-Qaïda sont de retour à Kaboul. Sirajuddin Haqqani, l’un des principaux agents de liaison entre les groupes, qui est en même temps un membre important de l’Inter-Services Intelligence du Pakistan, est maintenant le nouveau ministre de l’intérieur du gouvernement de facto de Kaboul.

Son patron, le mollah Hassan Akhund, un autre terroriste inscrit sur la liste de l’ONU qui a personnellement ordonné la destruction des bouddhas de Bamiyan, a répondu à un ultimatum lancé en 1999 en déclarant : “Nous n’abandonnerons Oussama ben Laden à aucun prix“.

Ce sont de véritables criminels de guerre terroristes – des voyous misogynes sans pitié, l’élite du jihad mondial.

Comment pourraient-ils être de retour ?

Pour dire les choses crûment, le monde a constamment sous-estimé la taille de la puce qui se trouve sur l’épaule de l’armée pakistanaise depuis le “Télégramme de sang“.

Lorsque les talibans sont tombés, l’Inter-Services Intelligence du Pakistan a commencé à planifier leur retour.

Au lieu de traduire Ben Laden et les chefs talibans en justice, l’Inter-Services Intelligence du Pakistan, les a abrités.

Avec les États-Unis distraits par l’Irak après 2003, ils ont été relancés.

Pendant plus d’une décennie, les forces américaines et de l’OTAN n’ont pas combattu des “insurgés” : nous nous sommes battus contre des armées par procuration hautement entraînées, mises sur pied par la sixième plus grande armée de la planète.

Alors que les forces américaines combattaient les légions mercenaires pakistanaises, les voies d’approvisionnement passant par le Pakistan rendaient les États-Unis simultanément et paradoxalement dépendants de la bonne volonté d’Islamabad.

Les opérations de tromperie pakistanaises, allant jusqu’à des attaques contre leur propre pays, ont détourné l’attention de partenaires américains crédules pendant suffisamment longtemps pour que, lorsque la profondeur de la trahison de l’Inter-Services Intelligence du Pakistan a été définitivement connue, il était trop tard.

La guerre que le Canada a menée contre les talibans à Kandahar a été condamnée par le fait que mettre fin à la “guerre éternelle” du Pakistan n’a jamais fait partie du scénario des États-Unis, de l’ONU ou de l’OTAN.

À mon avis, cela aurait pu se produire dans la période 2007-2009, avant Obama.

La fin de la guerre éternelle du Pakistan n’a jamais fait partie du scénario des États-Unis, de l’ONU ou de l’OTAN.

Au lieu de cela, le Pakistan s’est vu accorder le bénéfice du doute, même après que Ben Laden a été tué à quelques centaines de mètres de l’endroit où le général David Petraeus, alors commandant du Commandement central des États-Unis et plus tard directeur de la CIA, avait prononcé un discours un an auparavant.

Au final, trois facteurs ont ouvert la porte à un retour des talibans. Premièrement, l’accord désastreux de Donald Trump pour 2020 a gelé le gouvernement afghan. Deuxièmement, l’envoyé américain Zalmay Khalilzad avait une rivalité amère avec Ashraf Ghani, un autre Américain d’origine afghane qui était devenu président de l’Afghanistan en 2014. Troisièmement, Joe Biden, un opposant acharné à la mission depuis le début, s’est opposé à la montée en puissance du président Barack Obama lorsque Biden était vice-président et a refusé de plier sur le retrait en tant que président.

Aucun des quatre présidents américains depuis 2001 n’a réussi à mettre fin à l’agression du Pakistan. En conséquence, la “guerre éternelle” du Pakistan contre l’Afghanistan, vieille de 50 ans, se poursuit. En ne parvenant pas à l’arrêter, les États-Unis et leurs alliés font toujours preuve de faillite morale…

Chris Alexander est un ancien secrétaire parlementaire pour la défense nationale, un ancien ministre de la citoyenneté et de l’immigration, un ancien ambassadeur en Afghanistan et le représentant spécial adjoint du secrétaire général des Nations unies en Afghanistan, dont le récent document pour l’Institut Macdonald-Laurier est intitulé Ending Pakistan’s Proxy War in Afghanistan.

Nationale Post


Fdesouche sur les réseaux sociaux