Fdesouche

Vienne (AT) : 4 Afghans soupçonnés d’avoir drogué, violé et tué Léonie, 13 ans (MàJ : Le 4e migrant arrêté à Londres après être passé par la France, était logé aux frais des contribuables britanniques)

14/09/2021

Rasuili Zubaidullah, le 4e migrant qui avait fuit, a réussi à obtenir l’asile au Royaume-Uni en tant que réfugié afghan sous un faux nom après avoir traversé la Manche et séjournait en toute sécurité dans un hôtel aux frais des contribuables britanniques.

Zubaidullah a été arrêté dans un hôtel Ibis à Whitechapel, dans l’est de Londres, et fait maintenant l’objet d’une procédure d’extradition. Il est entendu que Zubaidullah a fourni aux agents de la Force frontalière dans le Kent un faux nom et d’autres faux détails lorsqu’il est entré dans le pays le 18 juillet.

Publicité

Cependant, ce qui est plus surprenant, c’est que personne ne le soupçonnait, ce qui soulève de sérieuses questions sur la qualité des contrôles effectués sur les réfugiés arrivant au Royaume-Uni après que les talibans ont pris le contrôle de l’Afghanistan. De plus, la nouvelle arrive à un moment où un nombre record de migrants traversent la Manche – avec plus de 14 000 qui ont fait le voyage depuis le début de l’année.

IBT


01/08/2021

Après 34 jours de fuite, le 4e migrant arrêté à Londres, il serait passé par Calais, en France

Le 4éme suspect qui était en fuite après la mort violente de Léonie, 13 ans, de Tulln, a été arrêté. L’Afghan a été retrouvé et arrêté par des enquêteurs autrichiens en Grande-Bretagne.

L’arrestation a eu lieu à Londres, poursuit le rapport. L’homme recherché, âgé de 22 ans, a été retrouvé dans un district où la communauté afghane est fortement représentée. Le suspect est maintenant en attente d’extradition vers l’Autriche. Le ministre de l’Intérieur Karl Nehammer (ÖVP) a parlé d’un “grand succès” en coopération avec le pouvoir judiciaire.

Comme indiqué, le 4éme suspect était recherché depuis des semaines par un mandat d’arrêt européen. Après la découverte de Léonie sans vie, il s’était enfui à Donaustadt et avait fui le pays. Trois autres ressortissants afghans sont déjà en détention.

L’extradition du 4éme suspect en raison de la modification de la législation depuis janvier lié au brexit, devrait durer encore un certain temps. Même s’il accepte d’être extradé, il faudra probablement plusieurs semaines avant qu’il ne soit transféré en Autriche, a déclaré vendredi Carmen Kainz, porte-parole du parquet de Vienne. En outre, l’Afghan peut utiliser des moyens juridiques pour se défendre contre l’extradition.

34 jours après la mort macabre de Léonie, 13 ans, dans un appartement de Vienne, son quatrième bourreau présumé a été arrêté – à quelque 1500 kilomètres du lieu du crime, dans un petit hôtel de l’est de Londres. L’Afghan avait fui à travers l’Europe en train. Et il l’a probablement eu le soutien de la communauté afghanne.

Pendant des semaines, les enquêteurs du directeur de l’Office fédéral de la police criminelle, Andreas Holzer, l’ont talonné. Aujourd’hui, en collaboration avec la Metropolitan Police. Le jeune homme de 22 ans avait d’abord pris un train via le Tyrol pour se rendre en Italie, d’où il a poursuivi son voyage vers la France. Sa trace a également été relevée en Belgique – mais il n’y est probablement pas resté trop longtemps.

Selon les premières informations, l’Afghan est allait dans le nord de la France dans la ville portuaire de Calais, haut lieu des traversées illégales, pour rejoindre l’île britannique. En train ou en voiture, à travers la Manche. Les enquêteurs supposent qu’il a bénéficié du soutien de la communauté afghane lors de sa traversée.

L’avocat de la famille de la victime a d’ailleurs annoncé une action en responsabilité contre la République d’Autriche.

Heute / Krone


23/07/2021

Selon une expertise, le suspect de 16 ans aurait au minimum 19 ans

Au cours des enquêtes, une expertise a été commandée concernant l’âge du suspect afghan présumé de 16 ans. Selon le rapport, le résultat de l’enquête montre que la date de naissance donnée par l’accusé en 2004 ne peut être conciliée avec son développement physique, le garçon était âgé d’au moins 19 ans au moment de l’enquête, le 14 juillet 2021. Les experts ont même déterminé que l’âge probable était de 20,6 ans.

L’âge minimum absolu de l’accusé déterminé sur la base des constatations disponibles était de 19 ans au moment de l’enquête (14.07.2021) et de 18,95 ans au moment de l’infraction (26.06.2021).

D’après les conclusions des experts

Il s’ensuit qu’il était en tout cas âgé de plus de 18 ans et donc majeur à l’heure présumée du crime, lorsque Léonie est morte dans l’appartement de Vienne après avoir été violée à plusieurs reprises.

L’avocat du suspect a expliqué que lorsqu’il a rendu visite à son client, il n’avait pas l’impression qu’il avait 20 ans. De plus, son client était “très affecté par la mort de Léonie“.

Kronen / Heute


Ibraulhaq A., l’Afghan de 18 ans actuellement en détention :

Sur le net, Ibraulhaq A. s’est fait photographier, entre autres, au volant d’une Mercedes. Il n’avait pas de voiture ou de permis de conduire.

Exxpress


16/07/2021

Dans le cadre du meurtre de Léonie, 13 ans, commis le 26 juin dans le quartier de Donaustadt à Vienne, le tribunal régional pour les affaires criminelles a prolongé vendredi de quatre semaines la détention provisoire de trois suspects. “Les motifs de la détention restent valables”, a déclaré à APA Christina Salzborn, porte-parole du tribunal.

Les trois garçons et hommes d’origine afghane, âgés de 16, 18 et 23 ans, sont soupçonnés d’avoir administré des comprimés d’ecstasy à la jeune fille, de l’avoir assommée et d’avoir abusé d’elle. Après avoir perdu connaissance et n’avoir montré aucun signe de vie, la jeune fille de 13 ans a été sortie de l’appartement – le locataire était ou est le jeune homme de 18 ans – et abandonnée sur un arbre dans un espace vert devant l’immeuble. Des passants ont découvert le corps tôt dans la matinée.

Pendant ce temps, la recherche d’un quatrième suspect, âgé de 22 ans, “se poursuit à pleine vitesse”, selon Nina Bussek, porte-parole du bureau du procureur général. L’auteur présumé du crime, également originaire d’Afghanistan, se serait trouvé sur les lieux du crime. On pense qu’il a fui en Italie peu après le crime. On ignore si et dans quelle direction il a poursuivi sa fuite.

DerStandard


10/07/2021

La reconstitution d’un crime : les dernières heures de Léonie

Lorsque la police s’arrête devant le bâtiment municipal du quartier Donaustadt de Vienne, le samedi 26 juin, peu après sept heures, Léonie est allongée sans bouger sur l’herbe entre la route et le trottoir. Une femme qui passait par là pour se rendre au travail se penche sur elle et lui fait des compressions thoraciques. A côté d’elle, un jeune homme est au téléphone avec les services de secours. C’est le petit ami de Léonie, du moins c’est ce que diront certains des témoins. Les deux se connaissaient depuis un bon mois. Dans les médias, il sera connu comme le “suspect Afghan de 16 ans”. Lorsque les secours arrivent quelques minutes plus tard, Léonie est morte – vraisemblablement depuis un certain temps

Le jeune homme de 16 ans prétend ne pas connaître Léonie, il est interrogé, puis il passe à autre chose. À 9 h 30, un chien policier fouille la zone. Le parfum est porté par les baskets de Léonie. Il court autour du bâtiment communautaire jusque dans la cour, où les policiers trouvent un tapis enroulé et un protège-nez. Juste à côté, un Afghan de 18 ans nommé “Haji” vit au rez-de-chaussée. Les officiers frappent, ils voient que la lumière est allumée, personne ne répond. Ils veulent revenir plus tard. C’est l’appartement du meurtre.

Peu après, la mère de Léonie a déposé un avis de disparition dans le quartier de Tulln, où vit la famille. La dernière fois qu’elle a eu des nouvelles de sa fille, c’était vendredi soir. Léonie n’avait pas de téléphone portable à l’époque. Elle a contacté ses parents via le téléphone portable de sa meilleure amie : elle ne rentrait pas aujourd’hui. Ce sera sa dernière phrase à sa famille.

L’affaire Léonie, le viol et la mort de la jeune fille de 13 ans, a touché l’Autriche de plein fouet. Le crime est choquant ; il est également devenu une question politique. Les personnes soupçonnées de ce crime sont quatre Afghans, dont trois sont déjà connus des autorités – et qui auraient probablement pu être expulsés avant. “Je ne me soucie pas vraiment de savoir quelle autorité a échoué ici. Le fait est qu’il y a eu un échec”, déclare Florian Höllwarth, avocat des parents de Léonie.

Y a-t-il donc une complicité de l’État ? Comment l’affaire a-t-elle pu se produire ? Pourquoi Léonie était-elle sortie ce soir-là – et avec qui ?

Le dossier de police, qui compte plusieurs dizaines de pages, décrit d’une part le crime odieux, mais il permet aussi de tirer des conclusions sur l’environnement de Léonie ainsi que sur celui des suspects : ils évoluent dans un milieu de jeunes entre le canal du Danube et le Prater, s’y promènent ou y flânent, boivent, certains se droguent ou trafiquent. La plateforme de médias sociaux photo Instagram joue un rôle majeur, qu’ils utilisent également pour chatter et passer des appels téléphoniques. Léonie n’est pas rentrée à la maison plusieurs fois dans les mois précédant sa mort. Il y a un an, sa mère avait fait appel aux services de protection de la jeunesse car elle ne pouvait plus s’occuper de sa fille. Cependant, Léonie n’avait pris aucune drogue avant la nuit du crime, selon la famille.

Dix pilules d’ecstasy

Haji, le propriétaire de l’appartement âgé de 18 ans, et le jeune homme de 16 ans qui prétend avoir été le petit ami de Léonie sont les premiers à être arrêtés. Un troisième Afghan, âgé de 23 ans, est arrêté à la station de métro Michelbeuern. Un autre suspect réussit à s’enfuir, peut-être en Italie. Avant cela, ils ont apparemment parlé du crime à plusieurs connaissances. Les témoins contactent la police et la mettent sur la piste. Les descriptions du déroulement des événements, qui a fait quoi, si la quatrième personne était même là, tout cela variera en fonction du témoignage. Selon l’avocat Höllwarth, Léonie serait morte d’une overdose de dix pilules d’ecstasy. “Avec ça, elle a été rendue soumise et ensuite violée.” Il affirme également “que les hommes du Moyen-Orient ont une relation différente au sexe, aux femmes et aux enfants dès la naissance.”

Précédemment sur la route à Tulln

L’après-midi et la soirée précédant le crime, Léonie est sortie avec sa meilleure amie à Tulln. Ils font du shopping, rentrent brièvement chez eux pour acheter du chewing-gum, manger de la glace. L’un des auteurs présumés traîne à cette époque sur l’île du Danube et tente d’attirer une jeune fille chez lui, comme le montre un témoignage. Mais la jeune femme ne veut pas et part.

Léonie et sa meilleure amie passent la soirée à Tulln et dans les environs avec deux jeunes hommes qu’elles connaissent fugitivement. Les filles conduisent sans but avec eux. Ce n’est que peu avant onze heures et demie qu’ils se séparent. L’amie de Léonie rentre chez elle – et pense que Léonie fait de même, du moins c’est ce qu’elle dit dans le dossier.

Mais Léonie a apparemment écrit peu avant non seulement à sa mère, mais aussi via Instagram à une connaissance de 26 ans, qu’elle a rencontrée trois semaines plus tôt par l’intermédiaire d’un ami. Léonie lui demande de l’emmener à Vienne. Vers 23h30, il vient la chercher à la gare de Tulln, ils se rendent à Vienne, se garent à Schottenring et descendent à pied jusqu’au canal du Danube, le kilomètre de la fête. Il témoignera que Léonie y connaît beaucoup de monde, est saluée plusieurs fois. Ils rejoignent un groupe, discutent, prennent un verre.

Vers midi et demi, se souvient le vendeur de 26 ans, trois Afghans passent, que Léonie connaît. Il s’agit de Haji, de son petit ami présumé de 16 ans et de l’homme qui a depuis pris la fuite.

Le chemin vers l’appartement

Le petit ami de Léonie a fait une petite scène au canal du Danube parce qu’elle est sortie avec d’autres garçons. Léonie décide de l’accompagner. Elle dit aux autres qu’elle doit faire quelque chose “d’urgent”. Elle sera de retour dans vingt minutes, leur assure-t-elle – elle ne sera pas de retour.

Un jeune homme de 18 ans de Simmering rencontre Léonie entre une et deux heures sur le canal du Danube. Ils se connaissent par une histoire un peu compliquée : la mère de Léonie l’avait rencontré deux semaines plus tôt au Prater alors qu’elle cherchait Léonie avec sa fille aînée. Dans le processus, ils tombent sur le jeune homme, qui semble apparemment digne de confiance. Ils lui demandent de s’occuper de Léonie pendant un certain temps. Plus tard, elle apprend à le connaître aussi. L’apprenti envoie à la mère de Léonie un message audio peu avant le crime pour lui dire qu’il l’a vue.

Pendant ce temps, le vendeur de 26 ans avec qui Léonie est venue à Vienne l’attend – pendant environ une heure et demie. Vers deux heures du matin, il la contacte par téléphone via Instagram : “Sa voix ne semblait pas du tout affectée. Elle n’a donc pas fait de faute de langage et a parlé clairement.” Elle avait expliqué qu’elle ne venait plus et qu’elle voulait plutôt passer du temps avec ses amis. A cette époque, Léonie se trouvait probablement à Kagran – près de l’appartement où le crime a eu lieu. Il y a des images de caméra de surveillance d’elle et des hommes de la station de métro là-bas.

L’un des auteurs présumés déclare que lui, ses deux amis et Léonie sont arrivés à l’appartement du quartier de Donaustadt peu après 14 heures. A partir de là, ça devient un peu confus. Elles prennent de l’ecstasy, les hommes mélangent la drogue dans le jus d’orange de Léonie. Puis ils l’auraient violée – et la jeune fille aurait cessé de respirer. Pourquoi, ne sera peut-être clarifié que par le résultat final de l’autopsie, qui est attendu dans quelques semaines.

Il n’est pas non plus encore possible de dire clairement qui est impliqué dans sa mort et de quelle manière. Un quatrième homme, également afghan, qui se trouve actuellement en détention provisoire, serait venu en tant que messager de la drogue – il pourrait avoir passé un certain temps dans l’appartement.

Absence de hiérarchisation des priorités

Mais la grande question qui se pose encore aujourd’hui est la suivante : le crime aurait-il pu être évité ? “Vous ne pouvez pas en être sûr. Les auteurs sont toujours les seuls à blâmer”, déclare la ministre turque de la Constitution, Karoline Edtstadler, dans une interview accordée au STANDARD. “Mais si l’on regarde les délais, il est probable qu’éventuellement trois suspects ne seraient plus dans le pays si la décision d’expulsion avait été prise en temps utile par le Tribunal administratif fédéral.” Selon M. Edtstadler, c’est la raison pour laquelle il est important que les autorités hiérarchisent correctement leurs dossiers – et qu’elles donnent la priorité aux éventuelles expulsions de criminels. Mais est-ce le cas ?

Deux ministères sont impliqués : le ministère vert de la justice, qui est responsable des tribunaux pénaux et de la Cour administrative fédérale (BVwG), et le ministère de l’intérieur, dont le Bureau fédéral des étrangers et de l’asile (BFA) décide des permis de séjour. Le registre pénal se trouve également au ministère de l’Intérieur.

En théorie, la communication entre les agences pourrait bien fonctionner : Si un tribunal pénal prononce une condamnation définitive, les juges peuvent en informer la BFA en un clic de souris. L’autorité dispose alors des informations sur la condamnation antérieure du ressortissant de pays tiers dont elle doit décider l’expulsion – et peut les intégrer dans sa décision.

Dans la réalité, cependant, la mise en réseau n’est pas toujours aussi importante – ce qui pourrait également être dû au fait qu’il n’existe pas de procédure uniforme au sein du BFA concernant la priorisation des cas. Certaines équipes procèdent en fonction de l’heure d’arrivée des dossiers, d’autres en fonction des cas problématiques. Au BVwG également, la hiérarchisation des priorités n’est actuellement pas effectuée de manière généralisée.

Le cœur du problème réside dans le mouvement migratoire des années 2015 et 2016, soulignent tous les bureaux. Dans un premier temps, les dossiers se sont empilés au BFA, et depuis 2018, c’est le Tribunal administratif fédéral qui traite les plaintes. Le fait qu’il faille en moyenne trois semaines, ou en réalité beaucoup plus longtemps, pour qu’une condamnation judiciaire apparaisse dans le casier judiciaire rend les choses encore plus compliquées.

Quoi qu’il en soit, M. Höllwarth, qui représente légalement les parents, veut engager une action en responsabilité contre la République d’Autriche. Le manque de personnel dans le système judiciaire ou dans d’autres services, comme on le prétend souvent, n’est pas une excuse – même si l’État est coupable, M. Höllwarth en est convaincu.

La mort de Léonie a été découverte le samedi 26 juin, à sept heures et dix minutes. Elle ne porte sur elle ni téléphone portable, ni sac à main, ni rien d’autre qui puisse être utilisé pour établir son identité. Ses derniers messages ont probablement été écrits depuis le téléphone portable de son petit ami présumé et possible bourreau. Peu après le crime, il aurait supprimé les messages du compte Instagram de Léonie.

Der Standard


Les Afghans s’incriminent mutuellement et se contredisent dans leurs déclarations.

Thomas Nirk, l’avocat de l’un des défendeurs dans l’affaire Léonie, s’est longuement entretenu avec son client emprisonné vendredi matin.

Il est le propriétaire, âgé de 18 ans, de l’appartement situé dans le bâtiment municipal de la Erzherzog-Karl-Strasse, dans le quartier Donaustadt de Vienne, où l’écolière de 13 ans a été tuée dans la nuit du 26 juin.

La fille est allée volontairement avec lui à l’appartement. Il y avait des rapports sexuels consensuels dans l’appartement. Mais mon client n’a pas eu de rapports sexuels, seulement les autres“, a déclaré l’avocat

O24


09/07/2021


07/07/2021

Dans l’affaire criminelle de la petite Léonie, l’étau se resserre autour du fugitif. Le fait que l’Afghan de 22 ans, qui exhibait des billets de banque sur Facebook, vivait encore en Autriche au moment du crime est dû à une erreur judiciaire et au changement fréquent de son adresse d’enregistrement. La mesure dans laquelle il est impliqué dans l’affaire Léonie fait actuellement l’objet d’une enquête.

Le fait est que, selon les premières constatations, l’homme surnommé “Zobair” a souvent passé la nuit sur les lieux du crime – un mini-appartement de la Erzherzog-Karl-Straße à Vienne-Donaustadt – pendant des semaines. Au moins deux jeunes hommes vivaient dans seulement 30 mètres carrés. Selon des témoins, des jeunes filles allaient et venaient.

L’ex-petite amie de l’un des suspects a déclaré à la police : “Parfois, les choses devenaient incontrôlables dans l’appartement.” Des voisins ont également signalé du bruit et des problèmes lors d’une inspection locale.

Ce qui s’est passé dans l’appartement lors de cette nuit fatidique est de plus en plus clair. Un suspect a soulagé sa conscience et a révélé que quand Léonie est décédée elle portait un pantalon de survêtement noir et non son pantalon à carreaux qu’elle avait lorsque le corps a été retrouvé à l’extérieur.

Ses bourreaux avaient apparemment habillé Léonie après le viol, mais ils lui avaient mis un pantalon et un T-shirt étranges. Dans la panique, les suspects auraient également essayé de réveiller la jeune fille de 13 ans en lui versant du lait ou en la douchant. Le demandeur d’asile a ainsi joué un rôle majeur dans la résolution du crime et a pu contribuer à l’arrestation d’un jeune de 16 ans (avocat Peter Philipp) et d’un jeune de 18 ans (avocat de la défense Thomas Nirk). Tous deux sont en détention provisoire à Vienne, de même qu’un dealer présumé de 23 ans faisant partie du gang.

La police n’a pas dit où le quatrième homme, appelé “Zobair”, aurait pu s’enfuir pour des raisons tactiques. Selon les déclarations de témoins à la police, l’homme internationalement recherché a reçu quelques centaines d’euros d’un inconnu et a ensuite acheté un billet de train de Vienne-Meidling à Innsbruck (Tyrol). Le témoin a également indiqué que le suspect voulait se rendre en Italie, pays des finalistes du championnat d’Europe. La question de savoir si ces déclarations de témoins sont vraies ou non fait maintenant l’objet de l’enquête.

Pendant ce temps, les suspects de 16 et 18 ans s’accusent mutuellement – et se moquent même de leur victime : “Elle avait 13 ans, prenait de la drogue et s’est enfuie de chez elle.” Seul le jeune homme de 23 ans n’aurait rien à voir avec le viol collectif, mais aurait probablement fourni de la drogue, de la nourriture et des boissons.

À un moment donné, le jeune homme de 22 ans va lui aussi faire une erreur. Il doit manger, boire, dormir – tout cela coûte de l’argent. Et il doit l’obtenir, peut-être illégalement“, a déclaré un enquêteur au sujet du fugitif. La famille de Léonie est représentée par le célèbre avocat Florian Höllwarth.

Le résultat final et écrit de l’autopsie ne sera pas disponible avant huit à douze semaines, selon le parquet de Vienne. Le rapport toxicologique pourrait être prêt dès la semaine prochaine ou la semaine suivante. Leonie aurait reçu jusqu’à dix comprimés de XTC. Selon l’APA, l’héroïne a également joué un rôle. Il est bien sûr également possible que les comprimés XTC (dont l’ingrédient principal est la MDMA) aient été mélangés à des opiacés, des benzos, de la méthadone. Tous les suspects sont présumés innocents.

Heute


04/07/2021

Après la découverte du corps d’une jeune fille de 13 ans qui aurait été abusée sexuellement puis violemment tuée dans le quartier de Donaustadt à Vienne samedi dernier, une recherche transfrontalière – notamment avec l’Allemagne – d’un quatrième suspect est en cours. Le jeune homme en fuite de 22 ans – tout comme trois suspects d’origine afghane précédemment arrêtés – a été condamné par la justice à trois reprises depuis 2018. Son expulsion avait déjà été déclarée recevable en 2017.

Décision d’asile négative déjà en octobre 2017

L’Afghan avait demandé l’asile en Autriche en tant que réfugié mineur non accompagné en 2015. En octobre 2017, une décision d’asile négative a été rendue et une ordonnance de retour a été émise. Selon les informations dont dispose l’APA, l’homme a déposé un recours contre cette décision auprès du Tribunal administratif fédéral – qui est apparemment toujours en cours près de quatre ans plus tard. Une disposition de la loi sur le droit d’asile (Article 27 de la loi sur le droit d’asile) prévoit qu’une procédure de recours qui doit être clôturée le plus rapidement possible si une procédure a déjà été engagée à l’encontre de la personne concernée pour délivrer une mesure mettant fin à son séjour. Le Tribunal administratif fédéral n’a pas pu être joint par téléphone pour un commentaire.

Selon les informations dont dispose APA, le jeune homme en fuite de 22 ans s’était également vu notifier en juin 2018 par un ordre de procédure la perte de son droit de séjour pour cause de délinquance. Il a été signalé à la police à six reprises au total, notamment pour trafic de stupéfiants, recel et agression. Depuis 2018, il a été traduit en cour martiale une fois par an, prétendument en vertu de la loi sur les substances narcotiques à chaque fois.

Exxpress

Leonie

03/07/2021

Après la première audience de garde à vue dans l’affaire du meurtre de Léonie, 13 ans, qui a eu lieu hier, on a appris que quatre Afghans font l’objet d’une enquête pour viol ayant entraîné la mort et abus sexuels sur mineur.

les enquêteurs autrichiens chargés de l’affaire de l’écolière de 13 ans tuée à Tulln ont contacté la police allemande pour vérifier si le quatrième suspect dans cette affaire, un demandeur d’asile afghan de 22 ans, pourrait s’être enfui en Allemagne.

Des détails sur le déroulement présumé des événements sont également devenus connus. Selon le rapport, l’écolière, qui avait été droguée, a été violée par au moins deux agresseurs. On ne sait toujours pas comment et quand la jeune fille est morte. L’autopsie a révélé des hématomes et une mort par suffocation sur le corps.

Hier, le suspect de 16 ans a été placé en détention, ainsi que le propriétaire de l’appartement, âgé de 18 ans. Le plus jeune homme a jusqu’à présent refusé de témoigner. Hier – en présence de son avocat – il a affirmé qu’il avait eu une relation avec Léonie. Il avait rencontré la jeune fille de 13 ans au canal du Danube et elle l’avait accompagné à l’appartement du jeune homme de 18 ans.

Ils y avaient bu de l’alcool. Les garçons plus âgés auraient mélangé des gouttes de drogue dans les boissons, de sorte que Léonie et lui-même ont perdu connaissance, a affirmé l’adolescent de 16 ans. Lorsqu’il s’est réveillé, “il a vu à quel point sa petite amie allait mal“, a déclaré hier l’avocat viennois qui avait pris en charge la défense du jeune homme de 16 ans. L’Afghan avait alors alerté les services de secours. Sa déclaration n’est pas exempte de contradictions, car au même moment, l’adolescent de 16 ans a affirmé que c’était lui qui avait porté la fillette de 13 ans à l’air libre et l’avait déposée sur une bande de gazon à côté de la route.

Le tribunal régional de Vienne pour les affaires pénales a seulement confirmé hier que les deux accusés avaient fait des déclarations. Toutefois, le contenu n’a pas été divulgué “pour des raisons d’enquête“, a déclaré Christina Salzborn, porte-parole de LG Vienne. Le jeune homme de 18 ans avait déjà affirmé lors d’un interrogatoire de police qu’il n’avait rien à voir avec le crime. Comme indiqué, deux autres Afghans, un jeune de 23 ans et un autre de 22 ans, font également l’objet d’une enquête. Le plus âgé avait été arrêté tard mercredi soir. Il a été interrogé, mais il n’y a pas eu de nouvelles découvertes, a déclaré hier un porte-parole de la police de Vienne. Le jeune homme de 22 ans est toujours recherché en vertu d’un mandat d’arrêt européen ; il pourrait avoir fui à l’étranger.

L’homme aurait des relations privées dans ce pays et aurait séjourné en Allemagne dans le passé. Toutefois, cette piste n’a pas été officiellement confirmée. La partie autrichienne a seulement annoncé que l’Afghan était recherché en vertu d’un mandat d’arrêt européen. On peut se demander s’il s’est effectivement enfui en Allemagne, car les autorités allemandes contrôlent encore actuellement les passages aux frontières dans le cadre de la pandémie de Corona.

Les parents de Léonie, qui a été tuée, font examiner une action en responsabilité contre la République d’Autriche. C’est ce qu’a annoncé vendredi le défenseur des victimes de la famille, Florian Höllwarth. Il s’agit de l’échec éventuel des autorités chargées de l’asile, a-t-il dit.

Car parmi les suspects, a-t-il dit, se trouvaient des hommes qui avaient depuis longtemps reçu une décision négative juridiquement contraignante en matière d’asile et qui n’auraient pas dû se trouver dans le pays en premier lieu. “Les gens ne comprennent pas cela. D’un côté, on expulse des réfugiés bien formés et intégrés, des apprentis qui occupent un emploi et sont là pour leur patron. Et ces personnes (c’est-à-dire les suspects, ndlr) sont toujours là de manière incontrôlable et leur procédure d’asile ne peut être menée à son terme“, a déclaré M. Höllwarth.

Il faut maintenant étudier le dossier et attendre la procédure pénale. Il va examiner “calmement et en profondeur” les éventuelles erreurs des autorités, qui lui paraissent évidentes, a annoncé vendredi en fin d’après-midi le représentant légal de la famille, Florian Höllwarth. Dans une interview accordée à l’APA, l’avocat a déclaré que les suspects arrêtés comprenaient des hommes qui avaient depuis longtemps reçu une décision d’asile négative juridiquement contraignante et qui n’auraient plus dû se trouver dans le pays au moment du crime.

Nachrichten / Exxpress


02/07/2021

La mère de Léonie (13 ans) : “Je suis tellement en colère, c’était sa condamnation à mort“.

Sur un bord d’herbe, des passants de Vienne-Donaustadt ont découvert le corps d’une jeune fille. Son corps était appuyé contre un arbre – marqué par de nombreux hématomes et contusions. Depuis l’horrible découverte du week-end, la police de Vienne mène l’enquête à toute vitesse. Des détails choquants sont révélés chaque jour.

Deux suspects originaires d’Afghanistan sont déjà en détention. Dans la nuit de mercredi à jeudi, vers 22 heures, la police a arrêté un troisième auteur présumé – “un ressortissant afghan de 23 ans”. Un quatrième suspect – un homme de 22 ans également originaire d’Afghanistan – est recherché en vertu d’un mandat d’arrêt européen, a annoncé jeudi le chef de la police autrichienne, Franz Ruf. Les quatre personnes sont soupçonnées d’avoir abusé sexuellement de la jeune fille de 13 ans et d’avoir causé sa mort.

La mère de la fille tuée parle pour la première fois. La mère de Léonie a lu dans les médias la découverte d’une jeune fille morte à Vienne-Donaustadt. La police avait publié dimanche une description personnelle de la victime, ainsi que des détails sur ses vêtements. Dans une interview accordée à heute.at, la quadragénaire s’est exprimée en présence de son avocat Florian Höllwarth.

Je n’ai jamais cru que cela pouvait être Léonie“, a-t-elle déclaré à son avocat Florian Höllwarth, selon le portail autrichien. Peu de temps après, des agents de Vienne se sont présentés devant sa porte à Tulln (Basse-Autriche). Le monde s’est écroulé pour la mère (40 ans) et le père (39 ans). La mère de Leonie travaille comme infirmière et son père comme ambulancier.

La mère de Léonie n’avait pas eu la force d’identifier sa fille à partir de photos. Ses fils ont dû reprendre cette tâche. Le chagrin de la mère se transforme en colère “Léonie était très indépendante dès son plus jeune âge. Si j’avais su avec qui elle était en contact, je lui aurais interdit“, a déclaré l’homme de 40 ans. Selon le rapport, elle a également dit qu’il y avait eu de fréquents problèmes avec Léonie parce que la fille ne rentrait pas à la maison.

Le chagrin est grand. Mais la colère grandit. “Je suis tellement en colère. Pourquoi cette personne n’a-t-elle pas été expulsée depuis longtemps ?” demande la mère. “Ma petite fille a fait confiance à un jeune de 16 ans qui l’a probablement emmenée dans l’appartement de l’homme plus âgé et c’était son arrêt de mort“.

Sebastian Kurz

Le meurtre de Léonie suscite un débat sur l’asile, le chancelier Kurz s’est dit “profondément choqué et affecté par cet acte cruel”, mais aussi “extrêmement en colère” et qu’il était “inacceptable que des personnes viennent chez nous, déclarent qu’elles cherchent une protection et commettent des crimes cruels et barbares“.

Il se défendait contre une “tolérance mal comprise” et une inversion auteur-victime “intolérable et extrêmement inappropriée“. M. Kurz réagissait à une question posée par un journaliste de l’ORF au ministre de l’intérieur, Karl Nehammer, mardi matin, qui portait sur un éventuel traumatisme des auteurs d’attentats.

Avec moi, il n’y aura certainement jamais d’arrêt des expulsions vers l’Afghanistan ou d’assouplissement des lois sur l’asile à l’égard des demandeurs d’asile qui ont commis des crimes.“, a-t-il ajouté.

Nous ne devons pas fermer les yeux sur le fait que la violence à l’égard des femmes a considérablement augmenté depuis la vague de migration“, a également déclaré la porte-parole de l’ÖVP de Vienne chargée de l’intégration, Caroline Hungerländer. Le porte-parole du SPÖ pour les questions de sécurité, Reinhold Einwallner, est incompréhensif : “Il y a quelque chose qui ne va pas dans un système où les demandeurs d’asile délinquants sont en liberté et où les écoliers sont expulsés au milieu de la nuit

Merkuk / PULS24


01/07/2021

Dans l’affaire du meurtre de Léonie, un quatrième suspect est maintenant également recherché – par un mandat d’arrêt international.

Heute


Le troisième suspect (23 ans) dans l’affaire Léonie a également un casier judiciaire et a été placé en détention : agression, agression sexuelle, agression aggravée.

Mercredi soir, un troisième suspect dans “l’affaire Léonie” a été arrêté à la station U6 Michelbeuern. On ne sait pas encore s’il a contribué au crime présumé. Cependant, il est probable que le jeune homme de 23 ans ait rejoint les jeunes de 16 et 18 ans dans l’appartement de Donaustadt samedi soir et qu’il ait transporté de l’XTC (ecstasy) et de la cocaïne avec lui.

Une chose est sûre : le casier judiciaire du troisième suspect est considérable et sa procédure d’asile est entachée d’un grave dysfonctionnement.

En 2015, le jeune homme de 23 ans avait déposé une demande de protection internationale, trois ans plus tard – c’est-à-dire en 2018 – la procédure d’asile a fait l’objet d’une décision négative. La même année, il a fait appel, puis en 2019, le Tribunal administratif fédéral a entendu l’affaire sans le plaignant.

Toujours en novembre 2019, le jeune homme de 23 ans a été admis dans l’établissement correctionnel de St. Pölten, puis libéré en mai 2020. La même année, le Tribunal administratif fédéral a encore classé la procédure, au motif que le jeune homme de 23 ans était introuvable. Dans le même temps, le jeune homme de 23 ans était toutefois surveillé par le service de probation. “C’est là que la main gauche ne sait pas ce que fait la main droite”, dit un initié en secouant la tête.

Au total, le jeune homme de 23 ans a été signalé à la police à 5 reprises (stupéfiants, agression, agression aggravée, loi sur les armes), a été condamné pour agression, agression sexuelle et tentative d’agression aggravée en novembre 2019 à 24 mois de prison semi-conditionnelle (dont six mois sans condition).

Heute


Il n’a jamais eu “18 ans”, un voisin du suspect est cité, l’homme avait “environ 30 ans”.

Selon les informations de la Krone, il est possible qu’en cas de mise en examen, il y ait un examen médical de l’âge. Un “doute raisonnable” doit prévaloir pour cela, des radiographies ou une tomographie des dents par ordinateur, par exemple, sont possibles, ce qui permettrait de connaître l’âge de la personne concernée.


L’appartement du suspect est scellé par la police, il est considéré comme une scène de crime. Ici aussi, l’âge joue un rôle – car il est censé s’agir d’un appartement municipal qui est loué par la ville de Vienne ou par l’Office de la jeunesse et de la famille pour une “vie assistée”.

Krone

L’appartement

Le troisième suspect se serait trouvé dans l’appartement de l’Afghan de 18 ans au moment du crime. La recherche est également en cours pour un quatrième suspect.

Après le meurtre d’une jeune fille de 13 ans dans le quartier de Donaustadt à Vienne le week-end dernier, la police a arrêté un troisième suspect. Selon les informations de l’APA, il se serait également trouvé dans l’appartement de l’Afghan de 18 ans au moment du crime, alors que l’enfant de 13 ans y aurait reçu des drogues et en aurait ensuite abusé. Pour l’instant, la police n’a pas confirmé officiellement l’arrestation du troisième suspect.

Plusieurs médias ont unanimement fait état de la troisième arrestation dans leurs éditions en ligne tôt jeudi matin. Selon le Kronen Zeitung, l’homme serait également un demandeur d’asile afghan. La recherche est également en cours pour un quatrième suspect.

La fillette de 13 ans a été retrouvée samedi matin adossée à un arbre devant l’appartement du suspect de 18 ans à Donaustadt. Lundi soir, le jeune homme de 18 ans et un compatriote de 16 ans ont été arrêtés. La police a retrouvé la trace des hommes grâce aux déclarations des témoins. Le plus âgé a déjà été condamné trois fois. Pendant son interrogatoire, il a nié avoir quoi que ce soit à voir avec le meurtre de la jeune fille. Le jeune homme, quant à lui, est resté silencieux jusqu’à présent. (APA)

TT

Leonie – 13 ans

29/06/2021

Le chef de la police provinciale, Gerhard Pürstl, a expliqué lors d’une conférence de presse mardi matin que, selon les enquêtes en cours, la jeune fille pourrait avoir connu les suspects. Elle serait également entrée volontairement dans l’appartement de l’un des suspects. La consommation de drogues y aurait eu lieu. Le jeune de 13 ans aurait consommé de l’ecstasy dans l’appartement du jeune de 18 ans, a précisé M. Pürstl. La question de savoir si elle a pris d’autres substances doit être clarifiée par une expertise toxicologique.

La jeune fille de 13 ans avait probablement reçu des médicaments “dans le but de la rendre docile”, a déclaré M. Pürstl. Selon l’état d’avancement de l’enquête, des “infractions pénales graves contre l’intégrité sexuelle” sont susceptibles d’avoir été commises de ce fait.

Le ministre de l’Intérieur Karl Nehammer (ÖVP) s’est dit “stupéfait” par cette affaire. Les deux suspects sont deux ressortissants afghans qui sont venus en Autriche en tant que demandeurs d’asile, a expliqué M. Nehammer. Le jeune homme de 18 ans est un bénéficiaire de la protection subsidiaire qui a un casier judiciaire pour cause de délinquance et a perdu son statut de protection en 2019, a-t-il précisé. L’homme aurait fait appel de cette décision. L’affaire est toujours en cours, a-t-il dit.

Onze charges : De 2018, il y a eu au total onze rapports de police, notamment pour trafic de stupéfiants, menace dangereuse et bagarre. En 2018, il a été condamné pour la première fois et a purgé deux mois avec sursis. En 2019, il a purgé dix semaines de prison sous condition en vertu de la loi sur les stupéfiants. L’année précédente, il avait alors écopé de dix mois de prison sans condition pour vol avec violence – il a toutefois été libéré de manière anticipée en août et est depuis à nouveau en liberté.

L’intéressé étant encore mineur au moment du retrait de son statut de protection, son expulsion était inadmissible sur la base de la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH). Toutefois, compte tenu de la délinquance multiple du garçon, le Tribunal administratif fédéral aurait eu la possibilité de révoquer la protection contre l’expulsion et, dans le sens d’une exigence d’accélération, d’autoriser l’expulsion à partir de l’âge de la majorité de l’Afghan d’origine.

Le jeune homme de 16 ans, quant à lui, n’avait demandé l’asile que cette année. Il n’a pas de casier judiciaire jusqu’à présent.

M. Nehammer a clairement indiqué que s’il s’avère que les suspects sont effectivement les auteurs des crimes, “nous continuerons à les expulser systématiquement vers l’Afghanistan, par exemple, comme dans ces cas”. Il a ajouté que ceux qui fuient et cherchent une protection en Autriche doivent respecter la loi : “Ceux qui ne le font pas doivent partir.”

Les enquêteurs espèrent que les images de la caméra de surveillance d’une pharmacie apporteront des solutions. La fillette a été retrouvée samedi matin dans la rue Viktor Kaplan, près d’un arbre de l’avenue. L’autopsie a révélé que la fillette avait été étouffée.

Der Standard


Après la découverte du corps d’une jeune fille de 13 ans dans la Erzherzog-Karl-Straße, dans le quartier Donaustadt de Vienne, la police a arrêté deux hommes lundi soir. Les deux ressortissants afghans, âgés de 16 et 18 ans, sont soupçonnés d’avoir tué la jeune fille. La police a retrouvé la trace des hommes grâce aux déclarations des témoins.

Il n’était pas encore clair si l’enfant de 13 ans avait connu les deux hommes. “L’enquête est toujours en cours“, a déclaré Barbara Gass, porte-parole de la police. La question de savoir s’il existe des preuves d’un crime sexuel n’a pas encore été tranchée. Les suspects n’ont pas encore été interrogés sur le crime. “Ils seront interrogés demain“, a déclaré Gass.

L’arrière-plan du meurtre reste dans l’ombre. La police a gardé un profil bas pour des raisons de tactique d’enquête. Comme l’a déclaré lundi à APA le porte-parole de la police, Markus Dittrich, l’endroit où la victime a été trouvée n’est pas la scène du crime. “L’enfant de 13 ans n’a pas été tué dans un espace public, mais dans un espace privé, un appartement ou une maison“, a déclaré M. Dittrich.

Comme le rapporte le Standard, une pharmacie pourrait jouer un rôle important dans la résolution de l’affaire. La police a confirmé sur demande que les images de la caméra de surveillance de l'”Apotheke Neu Kagran“, qui était en service de nuit vendredi soir, ont été saisies. Dans un premier temps, les enquêteurs ont toutefois gardé le silence sur la question de savoir si la jeune femme originaire de Basse-Autriche elle-même ou un éventuel suspect se trouvait également à la pharmacie.

Des témoins avaient trouvé le corps samedi matin sur un espace vert entre des routes, appuyé contre un arbre et présentant de nombreux hématomes, notamment au niveau du cou. Les tentatives de réanimation ont échoué. La façon dont l’adolescente s’est retrouvée là, qu’elle soit toujours seule ou que son corps ait été jeté là, “n’est pas divulguée“, a déclaré M. Dittrich.

Nous enquêtons à toute vitesse. De nombreux interrogatoires sont menés dans les environs de la jeune fille“, avait déclaré le porte-parole de la police. La jeune victime avait été identifiée par ses parents dimanche. Auparavant, l’autopsie avait révélé que la jeune fille avait été étouffée.

Après que la police a publié dimanche une description personnelle, y compris les vêtements du défunt, les parents se sont présentés dans un poste de police de Basse-Autriche et ont identifié la victime comme étant leur fille. La jeune fille avait également vécu en Basse-Autriche. Comment et pourquoi l’adolescent était venu à Vienne le week-end dernier fait l’objet d’enquêtes.

TT


Fdesouche sur les réseaux sociaux