Fdesouche

Au cours des 20 dernières années, le nombre d’habitants au Royaume-Uni nés à l’étranger a doublé pour atteindre neuf millions de personnes, passant de 8 % à 14 % de la population. Parallèlement, la proportion de Britanniques blancs dans la population a chuté de 89 % à 79 %, tandis que les minorités ethniques sont passées de 10 % à 21 %.

Depuis 2001, 84 % de la croissance de la population britannique est due aux immigrés et à leurs enfants, et cette proportion est passée à 90 % depuis 2017 – la majorité de ces immigrés proviennent de pays non-européens.

Plus d’un tiers des enfants nés au Royaume-Uni ont désormais au moins un parent né à l’étranger ; dans certains quartiers de Londres, 80 % des naissances sont le fait de mères nées à l’étranger. En effet, les ressortissants non-britanniques sont concentrés de manière disproportionnée dans les villes. Environ la moitié des naissances à Londres, Birmingham, Manchester et Cambridge sont le fait de mères étrangères.

Sans surprise, donc, un tiers des écoliers britanniques sont issus de minorités ethniques ; dans 20 ans, les enfants issus de minorités ethniques constitueront plus de la moitié des élèves des écoles publiques. En 2018, 90 % des immigrés avaient moins de 45 ans. Cela signifie que la transformation ethnique du Royaume-Uni, dont la population blanche est bien plus âgée, est destinée à s’accélérer rapidement.

(…) The Spectator


Fdesouche sur les réseaux sociaux