Fdesouche

Un nouveau programme à San Francisco va rémunérer des individus considérés à risque de tirer sur quelqu’un pour qu’ils n’appuient pas sur la gâchette, afin de contribuer à réduire la hausse de la violence armée dans la ville.

Le programme Dream Keeper Fellowship devrait être lancé en octobre et rémunérer 10 personnes à hauteur de 300 dollars par mois pour qu’elles ne soient pas impliquées dans des fusillades, a déclaré Sheryl Davis, directrice exécutive de la Commission des droits de l’homme, dans une interview accordée à Newsweek mardi.

Mme Davis a expliqué que le programme n’était pas “commercial”, mais qu’il visait plutôt à investir dans les communautés les plus touchées par la violence.

“Ce n’est pas nécessairement aussi simple que les gens peuvent le penser. Ce n’est pas aussi commercial que “Voici quelques dollars pour que vous ne fassiez pas quelque chose de mal”, mais il s’agit vraiment de savoir comment vous nous aidez à améliorer la sécurité publique dans le quartier”, a-t-elle déclaré.

Les participants seront jumelés avec des coachs de vie du programme d’intervention contre la violence de rue de la ville et seront considérés comme des “ambassadeurs de la communauté” qui œuvrent à la prévention de la violence. Ils travailleront sur leur développement professionnel, personnel et communautaire et seront considérés comme des “partenaires” dans l’engagement des membres de la communauté et la diminution de la violence.

[…]

Les participants ont la possibilité de gagner 200 dollars supplémentaires chaque mois en travaillant à l’amélioration de leur communauté. Ils peuvent gagner plus en travaillant, en allant à l’école et même en jouant le rôle de médiateur dans des situations qui pourraient mener à la violence.

[…]

Le programme s’inspire d’un programme similaire mis en place dans la ville voisine de Richmond, en Californie, qui a permis de réduire de 55 % les homicides par arme à feu dans la ville, selon une étude publiée en 2019 par l’American Journal of Public Health.

[…]

Newsweek


Fdesouche sur les réseaux sociaux