Fdesouche

Après le retrait des troupes occidentales, les talibans sont en pleine progression en Afghanistan. Le chef du parti des Verts, Robert Habeck, appelle donc à ne plus expulser d’Afghans d’Allemagne. Pendant ce temps, l’inquiétude grandit face à une nouvelle vague de réfugiés.

Publicité

En raison de la situation dramatique sur le terrain, le chef du parti des Verts, Robert Habeck, demande que les réfugiés afghans ne soient plus expulsés d’Allemagne. Dans un rapport interne du ministère des affaires étrangères datant de la mi-juillet, le gouvernement continue à agir comme si “rien ne s’était passé” en Afghanistan, a déclaré M. Habeck au Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung (FAS).

Toutefois, l’évaluation de la situation doit maintenant être révisée et, dans une étape ultérieure, la pratique de l’expulsion également. Tout comme l’ont fait nos partenaires européens, la Suède, la Finlande et la Norvège, qui ont suspendu les expulsions.”

Depuis le retrait des troupes occidentales, les talibans n’ont cessé de gagner du terrain en Afghanistan. Selon les chiffres des Nations unies, le nombre de civils morts dans des conflits armés dans le pays cette année est plus élevé que pour toute autre année depuis 2001.

Pendant ce temps, l’inquiétude grandit face à une nouvelle vague de réfugiés. L’agence pour les réfugiés UNHCR a lancé un avertissement il y a quelques jours. Dans une fiche d’information, elle indique que plus de 300 000 personnes ont dû quitter leur foyer en Afghanistan depuis janvier. On compte aujourd’hui près de 2,9 millions de personnes déplacées en Afghanistan, et respectivement 1,4 et 0,8 million dans les pays voisins, le Pakistan et l’Iran.

Le HCR associe cette description de la situation à un appel à l’aide. Sur son site web, elle déclare : “Nous appelons la communauté internationale à faire davantage pour aider le gouvernement et le peuple afghan et ses voisins en ce moment critique.

Elle a déclaré qu’il y avait un manque “dramatique” de ressources humanitaires. Les projets des agences de secours pour l’Afghanistan et ses voisins sont “gravement sous-financés”, a-t-il déclaré. Seuls 43 % des 337 millions de dollars demandés ont été reçus jusqu’à présent.

WELT


En Lien :


Fdesouche sur les réseaux sociaux