Fdesouche

La ministre de l’intérieur a promis sa “détermination inébranlable” à empêcher les migrants de traverser la Manche après l’interception de près de 600 personnes au cours du week-end.

Publicité

Dimanche, 378 migrants ont traversé la Manche sur 12 bateaux et les Français auraient arrêté 178 personnes lors de cinq interceptions.

La semaine dernière, au moins 430 migrants ont traversé la Manche en une seule journée, ce qui constitue un nouveau record.

La ministre de l’intérieur Priti Patel s’est engagée à rendre les traversées de la Manche “non viables”.

Dans un communiqué publié dimanche, elle a déclaré : “Le public britannique ne doit avoir aucun doute sur notre détermination inébranlable à mettre un terme à ces traversées dangereuses à partir de pays sûrs de l’UE et à arrêter les bandes criminelles malveillantes qui en sont responsables.

“Nous utilisons tous les aspects du gouvernement pour nous attaquer à ce problème et nos actions significatives ont un impact.”

La nouvelle législation envisagée par les députés érigerait en crime le fait d’arriver sciemment au Royaume-Uni sans autorisation.

Les ministres espèrent que la refonte des règles d’asile dissuadera les migrants de faire la traversée.

Mais les plans ont été critiqués par des organisations caritatives, dont Refugee Action, qui les a qualifiés d'”extrêmes et désagréables”.

Les bateaux utilisés par les migrants qui traversent la Manche sont de plus en plus grands, ce qui rend le voyage plus dangereux.

Le nombre de personnes effectuant la traversée est en augmentation, le total de cette année dépassant déjà celui de l’année 2020 et le mois de juin établissant un nouveau record mensuel.

La traversée de l’une des voies de navigation les plus fréquentées au monde, souvent dans de petits canots pneumatiques surchargés, est dangereuse.

Pour tenter d’endiguer l’augmentation du nombre de traversées, le gouvernement britannique a conclu la semaine dernière un accord de 54,2 millions de livres avec le gouvernement français. La France a accepté de doubler le nombre de policiers patrouillant sur ses plages, de financer un meilleur partage des renseignements et d’introduire une meilleure technologie pour cibler les gangs qui organisent les traversées.

Cependant, certains députés ont mis en doute l’impact de cet accord, soulignant qu’un accord précédent de 28,2 millions de livres conclu en novembre dernier n’avait pas réussi à limiter les traversées.

La semaine dernière, Mme Patel a défendu le nouvel accord.

En témoignant devant les députés, elle a déclaré qu’il y avait eu un “changement complet de modus operandi en termes de traversées”, avec une “dispersion généralisée” des mises à l’eau de petits bateaux “le long de l’ensemble du littoral français” plutôt que des personnes venant uniquement de Calais.

Mais le député de Calais Pierre-Henri Dumont a suggéré que cela n’aurait pas d’impact car le littoral français est trop long pour être patrouillé.

BBC


En Lien :


Fdesouche sur les réseaux sociaux