Fdesouche

La petite bande de quinquagénaires passe à l’action le 13 juin. C’est un dimanche. Ils forcent un peu pour ouvrir les portes coulissantes et sortent tranquillement avec deux climatiseurs sur roulettes. « J’ai mal au dos, j’avais besoin qu’on m’aide », explique Eric Gebel, un des deux prévenus. Le gars des Puces a pu prendre la fuite. Celui du parc a été arrêté sur place. Gebel, le 15 juillet. « Je voulais un climatiseur mural mais il n’y en avait pas. Alors on a pris ceux-là. »

Publicité

Le président Ponsard lui fait remarquer que le choix du lieu n’était pas très judicieux. Le trio avait ciblé sans le savoir une annexe d’Interpol, située dans un quartier hautement surveillé. « Je croyais que le bâtiment était abandonné, je ne savais pas que les caméras marchaient », se défend Gebel, sagement vêtu d’un polo gris à col blanc. Une équipe de « pieds nickelés » pour leurs avocats. La justice reproche également au prévenu d’avoir volé 450 euros en 2019 dans la caisse d’un restaurant de Genas. « Le tiroir était ouvert, je me suis servi. » Le président n’y croit pas trop : « Ah, ce n’est pas vraiment habituel mais on ne va pas interroger le tiroir-caisse. »

Calme pendant l’audience, Gebel a vivement réagi à sa condamnation à 15 mois de prison. Il faut dire que son casier compte une vingtaine de mentions. Son complice est reparti avec 6 mois ferme sans mandat de dépôt.

Le Progrès


Fdesouche sur les réseaux sociaux