Fdesouche
Le mouvement des « Loup Gris » est interdit en France depuis Novembre 2020

Une attaque armée a visé, ce jeudi 17 juin, les bureaux du parti prokurde, le HDP, dans la ville égéenne d’Izmir. Un assaillant a abattu une membre du parti avant d’être arrêté. La formation prokurde, menacée de fermeture par une procédure judiciaire, a aussitôt pointé du doigt la responsabilité des autorités politiques. 

L’attaque a eu lieu en fin de matinée dans le centre d’Izmir, au deuxième étage d’un immeuble situé sur une rue passante, dans les bureaux du HDP. Selon la préfecture, un homme armé, décrit comme un employé démissionnaire des services de santé, a tiré sur une membre du parti prokurde qui se trouvait à l’intérieur. Le tueur a été arrêté peu après. Lors d’un premier interrogatoire, il aurait déclaré avoir agi par « haine » envers le PKK, groupe armé kurde classé terroriste.

Intervention policière tardive

Le HDP a dénoncé une intervention policière tardive contre un attaquant qui a par ailleurs tenté de mettre le feu au bâtiment. Surtout, la principale formation de la gauche prokurde désigne le parti au pouvoir — l’AKP du président Erdogan — et le ministère de l’Intérieur comme les « instigateurs » de cette attaque qualifiée de « provocation très dangereuse ». Ces derniers mois, plusieurs figures de l’opposition ont été victimes d’agression, mais ce meurtre d’une militante dans une permanence de son parti est une nouvelle escalade.

Menace de fermeture du parti

Régulièrement accusé par le pouvoir d’être la vitrine politique du PKK, le HDP, deuxième force d’opposition au Parlement, est menacé de fermeture. La Cour constitutionnelle doit se prononcer lundi prochain sur l’ouverture d’un procès en interdiction initié par le ministère public.

L’agresseur Onur Gencer, qui avait été placé en garde à vue, avait ouvert le feu sur la personne qui avait ouvert la porte et que l’employé du parti avait perdu la vie. On a appris que l’employé du HDP Deniz Poyraz, 40 ans, a été tué dans l’attaque. Il a été rapporté que Deniz Poyraz s’occupait des travaux de cuisine et de nettoyage dans le bâtiment du parti. L’agresseur s’est ensuite rendu à la police qui est arrivée sur les lieux. Concernant l’attaque, de nombreux citoyens se sont rendus au bâtiment provincial du HDP à Konak. Les citoyens ont réagi au gouvernement, qu’ils ont qualifié d’instigateur.

RFi / Gazete Fersude / Dokuz


En Lien :


Fdesouche sur les réseaux sociaux