Fdesouche

« Elle voulait comprendre la réalité du terrain, elle a vu ce que c’était. » Pour ce policier angevin, ce qui s’est passé dans la nuit du samedi 5 juin au dimanche 6 juin à Angers (Maine-et-Loire) est le quotidien des policiers depuis de « trop nombreux mois »

Publicité

Cette nuit-là, la députée LREM de la 6e circonscription de Maine-et-Loire, Nicole Dubré-Chirat a suivi, durant quatre heures, un équipage de la brigade anticriminalité (bac). « J’avais déjà suivi, durant plusieurs jours, un équipage de police secours. Mais là, je voulais me rendre compte du travail des policiers la nuit », explique l’élue. Au milieu de la nuit, l’équipage de la bac a été appelé dans le quartier de la Roseraie pour des rodéos.

La députée prend place dans la voiture qui se rend sur place. Cette dernière va être prise pour cible. « Nous avons reçu des projectiles sur la voiture. Nous recevions des pierres mais aussi des pommes de terre congelées. Il y a eu des impacts sur la voiture de police », raconte Nicole Dubré-Chirat.

[…]

Une expérience qui la mène à la conclusion suivante : « Il faut des effectifs en plus dans ces quartiers ». Cette immersion avec les « nuiteux » et les aléas qui l’ont accompagnée, la députée de Maine-et-Loire compte les faire remonter au ministère de l’Intérieur.

Ouest-France


Fdesouche sur les réseaux sociaux