Fdesouche

Les affrontements entre riverains et toxicomanes, survenus à Stalingrad, à Paris, le week-end du 1er mai 2021, ont relancé le débat autour de la création de salles de consommation.

Comment endiguer le fléau du crack dans le nord-est de Paris ? La réponse à la question divise les acteurs concernés et fait l’objet de propositions diverses. Certaines ont ressurgi avec les heurts entre riverains de Stalingrad et toxicomanes, le week-end du 1er mai 2021. La création de salles de consommation et de salles de repos est privilégiée pour que les consommateurs aient accès à un parcours complet de sortie d’addiction….

L’hébergement constitue alors le « deuxième étage de la fusée ». Et « le plus déterminant », nous expliquait en avril le psychiatre et addictologue Mario Blaise, du centre médical Marmottan, pour « offrir aux usagers une possibilité de s’extirper de cet environnement » et ainsi « moins consommer ». 400 places avec accompagnement médico-social sont ouvertes dans des hôtels, à la faveur des chambres vidées par le Covid-19, mais non pérennes. 

Je souhaite que tous les arrondissements puissent héberger des usagers, avec une prise en charge médico-sociale. Actuellement, personne n’en veut. C’est lourd à mettre en place, mais très important. L’hébergement ne suffit pas pour quitter l’espace public.

Anne Souyris Adjointe à la santé d’Anne Hidalgo….

suite sur ActuParis


Fdesouche sur les réseaux sociaux