Fdesouche

05/04/2021

Quatre hommes et deux femmes, d’origine pakistanaise, âgés de 21 à 64 ans, ont été condamnés le 16 avril dernier par le tribunal correctionnel de Meaux (Seine-et-Marne). Ils ont écopé de peines allant de sept mois de prison avec sursis à trente mois dont quinze ferme avec un mandat de dépôt pour l’organisateur de la fraude. La justice a prononcé contre les trois chefs d’entreprise véreux des peines complémentaires d’interdiction de gérer, les a privés de leur droit d’éligibilité durant cinq ans et a aussi ordonné la fermeture définitive de la société de bâtiment qui a servi à mener à bien l’escroquerie.

L’enquête permettra de comprendre que les escrocs ont mené de nombreuses autres tentatives au nom d’autres sociétés, à hauteur de 250 000 euros. Mais l’argent ne leur sera finalement pas versé. « Au départ, ce type est un entrepreneur sans histoire. Les affaires marchent bien pour lui et, avec la crise sanitaire, il a découvert ce système purement déclaratif. Vous demandez, vous êtes payé et personne ne vous réclame rien. C’est l’occasion qui fait le larron », analyse une source proche du dossier.  […]

Le Parisien

05/03/2021

Cinq hommes et deux femmes, appartenant à trois familles liées entre elles, habitant Stains et Peyrefitte (Seine-Saint-Denis) et Villejuif (Val-de-Marne),  ont été interpellés par la police judiciaire de Meaux (Seine-et-Marne). Ces gérants d’une société de BTP sont soupçonnés d’avoir largement profité des aides «Covid» de l’Etat. On les soupçonne d’avoir profité de la pandémie de Covid-19 pour faire main basse sur des aides d’Etat, pour la coquette somme de 378 000 euros. Leur méthode : déclarer de faux employés et les placer en chômage partiel. Leur erreur : avoir déclaré pas moins de 45 salariés le même jour, juste avant de réclamer les indemnisations.

Les enquêteurs de la PJ ne se sont pas déplacés pour rien dans les locaux de la société à Noisiel – qui comptait en réalité seulement deux ou trois salariés – ils ont mis la main sur quelque 122000 euros en liquide !  […]

Le Parisien


Fdesouche sur les réseaux sociaux