Fdesouche

Le New York Times est le “parrain des fake news” qui “altère délibérément et radicalement l’histoire” depuis plus d’un siècle, a déclaré l’auteur d’un nouveau livre explosif sur le journal à Breitbart dans une interview exclusive.

Publicité

“Le New York Times est coupable de tout ce qu’il prétend abhorrer – patriarcat, fake news et, plus grave encore, de déformation de l’histoire”, a déclaré dans une interview à Breitbart lundi Ashley Rindsberg, un auteur américain vivant en Israël.

Le livre à paraître de Rindsberg, The Gray Lady Winked, a nécessité 15 ans de recherche et contient des révélations explosives sur la façon dont les fausses nouvelles du Times, prétendumment “éveillé” [woke], ont, depuis plus d’un siècle, altéré l’histoire – de la Seconde Guerre mondiale à la Russie de Staline en passant par la Révolution cubaine, le Vietnam, la guerre d’Irak, le conflit israélo-palestinien et même le récent projet 1619.

“Je voulais comprendre comment fonctionne réellement la perte de confiance, la violation des normes et la création de faux récits”, a déclaré Rindsberg. “Ce que j’ai découvert, c’est que les ‘erreurs’ étaient très rarement des erreurs. Le plus souvent, il s’agissait de tentatives délibérées de changer l’histoire de manière majeure.”

Parmi les révélations les plus choquantes faites dans le livre, citons le fait que, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, le New York Times a rapporté que la Pologne avait envahi l’Allemagne – un récit créé dans le cadre d’un effort de propagande nazie. […]

Loin d’être une tendance historique, Rindsberg explique toutefois que ces schémas sont toujours à l’œuvre. Il cite le désormais tristement célèbre Projet 1619, dont les nombreuses et graves erreurs – comme les affirmations erronées selon lesquelles Abraham Lincoln était un raciste et que la Révolution américaine ait été menée pour préserver l’esclavage – ont été dénoncées par des critiques à la fois de gauche et de droite.

“L’objectif du Projet 1619 est de changer l’histoire, ce qui explique les nombreuses prétendues erreurs commises par le Projet”, déclare Rindsberg. “Ce ne sont pas du tout des erreurs. Les modifications sont le but recherché. Après tout, si vous voulez réécrire l’histoire, vous devez littéralement la réécrire.”

Mais tout cela soulève la question de savoir pourquoi un journal voudrait réviser l’histoire.

La réponse, selon Rindsberg, se trouve dans la dynastie qui possède le New York Times.

Depuis 125 ans, le New York Times a transmis le rôle d’éditeur d’un héritier mâle à un autre, ce qui en fait l’une des patriarchies les plus anciennes et les plus enracinées d’Amérique. Comme pour toutes les dynasties, à un moment donné, le maintien du pouvoir, du prestige et de la richesse devient la priorité absolue. Lorsqu’une organisation avec trop de pouvoir, trop d’argent et trop d’idéologie concentrés sur trop peu de personnes est également en charge de la vérité, les choses ont tendance à mal tourner.

De manière révélatrice, le livre a reçu des éloges de tous les bords politiques. Le journaliste de gauche Glenn Greenwald a déclaré que le livre “rend un service précieux” […]

Selon Rindsberg, le livre suscite un soutien bipartisan parce qu’il existe un réel consensus concernant la polarisation extrême qui se développe dans notre société – et le rôle que les médias y jouent.

Cependant, les tentatives de Rindsberg pour rendre publiques ses révélations ont souvent été entravées, même par des personnes qui pourtant soutenaient ses efforts.

En se heurtant à ce qu’il appelle le “pouvoir brut” de l’institution sociale qu’est le New York Times, Rindsberg a appris par inadvertance comment les faux récits médiatiques – ou fake news – se perpétuent.

“Lorsque j’ai commencé ce livre il y a 15 ans, j’ai supposé naïvement que les gens seraient désireux de découvrir ces vérités sur le Times”, a déclaré Rindsberg. “Mais, encore et encore, des personnalités puissantes de l’édition et des médias ont claqué la porte à ce livre – dans certains cas, tout en me disant à quel point ils le trouvaient important et précieux. Ils avaient tout simplement trop peur de contrarier le Times”.

Breitbart


Fdesouche sur les réseaux sociaux