Fdesouche

A Nice, plusieurs jeunes migrants ont été arrêtés ces derniers mois au terme d’un rendez-vous administratif avec le service du bureau de l’Enfance. Le département des Alpes-Maritimes justifie ces arrestations par un “accord” passé avec la police et la préfecture. Ces jeunes, interpellés et menottés par la Police aux frontières, ont ensuite été sommés de quitter le territoire. Un “scandale”, s’offusquent les avocats et associations d’aide aux migrants.

Le jeune homme, un Guinéen, a été conduit au commissariat, puis s’est vu remettre une obligation de quitter le territoire français (OQTF). InfoMigrants a pu consulter un extrait de son procès-verbal d’interpellation. Il y est écrit que la police a été prévenue par “la Direction de l’Enfance […] section mineurs non accompagnés”.

Interrogé par l’AFP, le département des Alpes-Maritimes – qui regroupe tous les services d’aide sociale à l’enfance – ne nie pas avoir contacté la police pour procéder à des arrestations. Et parle même d’un “accord”.

“On a un accord avec la direction départementale de la police aux frontières (PAF) qu’on appelle pour venir chercher ces jeunes évalués majeurs. La plupart partent avant d’avoir cet entretien, et très peu sont remis à la PAF”, a déclaré la Direction de l’Enfance confirmant que huit jeunes évalués majeurs ont été remis à la PAF entre octobre 2020 et mars 2021.

“Au vu de la pression des flux, on ne peut pas se permettre d’accueillir des majeurs qui dévoient les dispositifs de protection de l’enfance”, se sont encore justifiés les services du département.

[…]

InfoMigrant


En Lien :


Fdesouche sur les réseaux sociaux