Fdesouche

21/04/21

Ils lui avaient asséné des coups de pied et des coups de poing, lui valant deux jours d’ITT. Trois hommes d’une même famille ont été condamnés mardi à 15 mois de prison avec sursis pour l’agression en mars d’un instituteur de Laon.

Le père de l’enfant et deux oncles ont été reconnus coupables de violences en réunion sur l’enseignant, et de violation de l’enceinte de l’école, précise Me Alexandre Martin. La mère et la grand-mère, qui comparaissaient également, ont été condamnées à 105 heures de travail d’intérêt général, pour leur intrusion dans l’école.

Les faits s’étaient produits le 22 mars à la suite d’un échange entre la mère d’un élève de maternelle et l’instituteur « qui faisait part de son inquiétude devant l’absentéisme » de l’enfant, la mère craignant une « mesure relative à un placement », avait expliqué le procureur de Laon Guillaume Donnadieu. Après cet échange devant l’école Hélène-Boucher, la mère était revenue accompagnée de ses proches pour demander que l’enfant leur soit restitué, ce que la direction avait accepté mais en demandant une décharge. Sur fond « d’incompréhension croissante », la famille avait pénétré dans l’école et s’en était pris à l’enseignant.

[…]

Le Parisien


22/03/21

Cinq personnes, membres d’une même famille, ont été placées en garde à vue lundi 22 mars, soupçonnées d’avoir agressé un enseignant d’une école primaire de Laon (Aisne), a indiqué une source judiciaire.

Les faits se sont produits lundi matin, «à la suite d’un échange» entre la mère d’un élève de maternelle de l’école Hélène-Boucher «autour de la problématique de son absentéisme répété», a indiqué à l’AFP le procureur de Laon Guillaume Donnadieu, confirmant une information de l’Union.

Après cet échange devant l’école, la mère est revenue accompagnée de quatre autres membres de sa famille: le père de l’enfant, deux de ses oncles et sa grand-mère. Des coups auraient alors été portés dans la cour de l’établissement sur l’enseignant «qui souffre de plusieurs blessures au visage». Il doit être examiné mardi par un médecin légiste, selon Guillaume Donnadieu. Aucun antécédent de violence n’avait été signalé par l’école jusqu’alors pour cette famille. La garde à vue des cinq personnes, qui «ont globalement reconnu les faits» selon le parquet, devrait être prolongée mardi matin.

Dans un communiqué, le préfet de l’Aisne Ziad Khoury, qui s’est rendu sur place, a dénoncé «l’agression physique inacceptable dont a été victime un enseignant».[…]

Le Figaro


Fdesouche sur les réseaux sociaux