Fdesouche


« J’avais passé un dimanche tranquille », raconte Mila au Point. « Je venais de retrouver des vieux dessins que j’avais faits quand j’étais petite et je me suis amusée à en publier un sur Twitter. Il représentait un pain au chocolat et divers objets avec plein de fautes dans le titre ! Je pose mon téléphone et le reprends deux minutes plus tard pour voir les commentaires. Là, je découvre une dizaine de messages bizarres avec des messages glauques. Je comprends pas ce qui se passe et je montre ça à ma mère. Je bloque deux ou trois comptes et rafraîchis le fil ; je vois alors des messages par centaines, criblés d’insultes. Je panique en me disant que mon compte a sans doute été spammé par des faux comptes destinés à commenter ma publication en masse pour me nuire. J’ai passé mon compte en privé, mais en ouvrant ma boîte, j’avais déjà reçu plusieurs messages insultants : “sale pute”, “islamophobe de merde”. Les trucs habituels, quoi… Sauf que là, ça allait très vite »

Un abonné du réseau social a aussitôt publié un message ordurier laissant penser que le compte de Mila venait d’être pris pour cible de manière concertée : « Le FC Sinje a réussie (sic) à faire suspendre le compte de Mila le résidue (sic) de capote ! Une p*te en moin (sic) sur le réseau ».

[…]

« J’ai remis mon compte en public en demandant à la communauté des infos sur le fameux FC Sinje, qui semblait avoir activé son réseau pour s’en prendre à moi », raconte encore Mila. « J’avoue, je l’ai traité de “puceau frustré”, tout comme j’ai répondu à deux types qui me promettaient de me violer en leur disant que c’est moi qui violais leur Dieu, ce que je fais parfois pour énerver mes haters (ennemis haineux), quand ils me menacent trop méchamment. Quelques minutes plus tard, Twitter m’informait que mon compte était fermé. Normalement, ils justifient leur décision et désignent les messages litigieux. Là, aucune explication. J’ai été bloquée purement et simplement ».

[…]

L’intégralité sur Le Point


Fdesouche sur les réseaux sociaux